Karnevale Avenue

blblbl
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 ► Présentation d'Alice Ever Black [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


MessageSujet: ► Présentation d'Alice Ever Black [Terminée]   Lun 1 Oct - 19:24

Alice Ever Black

- NOM : Black - PRÉNOM : Alice Ever - SURNOM : Black Lotus - ÂGE : 24 ans - LIEU DE NAISSANCE : Amenthalys - RANG SOCIAL : Ancienne Bourgeoise qui a perdu sa cuillère en or D8 - SEXUALITÉ : I'm sexy and i know it ♥ - MÉTIER : Chanteuse ♪ - LIEU D'HABITATION : Pretty Downtown.

- PARTICULARITÉS PHYSIQUES : Alice n'a aucune cicatrice, ni tatouage et encore moins des piercings ! Les seuls détails ressortant dans son apparence sont ses cheveux blonds naturels et sa perruque rose qu'elle porte lorsqu'elle est sur scène. Oh ! Il ne faut pas oublier que lorsqu'elle utilise son Karnevale, la jeune demoiselle voit ses pupilles se transformer pour former une sorte de croix dorée.


I got the Power

- KARNEVALE : La maîtrise de l'eau sous toute ses formes ▬ Dis comme cela, on peut se dire ' Oui et alors ? Tu prends ta douche avec ? T'es un arrosoir sur pattes ? ' Entre autre, quoi qu'Alice a tout .. sauf la main verte. Mais bref, parlons de son Karnevale. La jeune fille a la possibilité de contrôler toute forme d'eau dans les environs, que ce soit dans une simple flaque, dans un végétal, ou dans la saturation de cet élément dans l'atmosphère. Quoi qu'il en soit, Alice est pour le moment incapable de la matérialiser. Peut-être évoluera t-il au fil du temps ? Néanmoins, lorsque le besoin s'en fait sentir et que la jeune fille se trouve dans une situation extrême .. Le corps étant la meilleur source d'eau, Alice n'éprouve nul remord à utiliser son corps ou bien celui d'une autre personne. Le risque étant une déshydratation, ce qui peut être plus handicapant. Pour cette raison, par simple mesure de précaution, Alice garde tout le temps sur elle une bouteille d'eau.

Comment la jeune fille a t-elle sut qu'elle possédait ce Karnevale ? Vous aimeriez le savoir, n'est ce pas ? Et bien non. Ce serait trop facile de tout raconter sur cette petite blonde !

- ARMES : Une arme ? A part elle-même ? Et bien, Alice possède un sabre qu'elle maitrise parfaitement, préférant jouer sur la souplesse et la vitesse plutôt que le bourrinage. De plus, afin de parfaire son entrainement physique, la jeune fille possède des capacités dans plusieurs arts-martiaux axés sur le corps à corps.

- ÉQUIPEMENT : Comme dit plus haut, Alice possède une bouteille d'eau, pouvant ainsi la sauver dans des lieux périlleux pour l'utilisation de son pouvoir.


Try to rule the world

- CARACTÈRE : Témoignage d’un membre de son voisinage ► Alice ? Ah oui cette fille avec les cheveux roses ! Ou Blonds .. Je ne sais plus ! La décrire mentalement ? En voilà une tache peu aisée ! Que dire … Tout d’abord, je pense que si je devais la décrire en un mot : Froide. Toujours distante, elle est comme à des milliers de kilomètres, gardant toujours cette froideur qui lui est propre. Je dois vous avouer que des fois … elle me fait vraiment flipper. C’est vrai ! Une personne ne peut pas cacher autant ses émotions, ce n’est pas humain ça ! Elle a vraiment sa place dans notre ville coincée … ! Pourtant, des fois, lorsqu'elle pense que personne ne la regarde, on dirait … qu’une grande mélancolie l’habite. ! Hum … Oui. Le fait de toujours installer une distance entre elle et les individus fait de cette fille une solitaire. Oh et puis merde ! Si vous avez besoin d’un roman allez lui demander, elle risque de vous recevoir ! Moi j’ai du boulot ! Et ne croyez pas que je la suis pour vous dire tout ça hein ...

Témoignage de son marchand d'armes ►
Si je connais Mademoiselle Black ?! Bien sûr que oui, c’est même ma cliente ! Elle vient tout le temps faire entretenir son sabre, c’est vraiment ma mine- Quoi pas le sujet de cette discussion ?! Aaah, la décrire mentalement ! Vous en avez, vous, des missions impossibles ! La décrire en un mot … Mystérieuse. Je vous assure que je suis sérieuse, ne rigolez pas ! Les personnes auront tendance à vous dire que c’est une jeune fille frigide, cynique et même des fois autoritaire, ce qui est en partie vrai. En partie. Car moi, je connais, je pense, une autre facette de Mademoiselle Black. Peut-être parce que je lui rappelle sa « jeunesse », le fait de vivre seule, d’être indépendante malgré le fait de mon sexe féminin. Je ne sais pas trop, comme je vous l’ai dis, elle est très mystérieuse ! Mais bon, peu importe. Moi je pense qu’elle souffre. Si elle s'impose cette attitude envers autrui c’est seulement pour se protéger. De quoi ? Aucune idée. Pour qu’elle en vienne à dresser une telle barrière … Quelque chose d’horrible. Je suppose. Mais bon, vous savez, moi en tant que commerçante, je ne fais pas vraiment attention à ma clientèle mais plutôt à leurs portefeuilles bien remplis !


La faiblesse. Ma faiblesse. J’ai peur de ne pas pouvoir défendre ce que je chéris, c’est peut-être pour cela que j’évite de me lier avec les individus … Mais je dirais que ma plus grande peur, c’est de reperdre le contrôle de « l’autre moi ».

Me décrire mentalement hein ? Vous en demandez des choses compliquées ! A mon avis, c’est encore plus difficile de décrire cette partie de nous même … Vous en doutez ? Pourtant, le physique est tangible, on peut le regarder, le toucher et le regarder, s’appuyer sur quelque chose de concret pour faire notre description … Alors que le mental, lui, est infiniment plus compliqué. Les méandres des esprits sont tellement sinueux ! Une même situation pourra être gérée de manière différente par deux individus. Pareil, deux personnes peuvent avoir un avis différent sur une même psychologie, alors que le physique … Ben quand on est blond, on est blond ! Sans déconner, j’vous jure ! D’accord, je vous l’accorde, cette partie n’est néanmoins pas négligeable. L’esprit est une chose puissante et surtout, trompeur. C’est juste que … et bien, je ne suis pas du tout douée pour ce genre d’exercice.

De premier abord, j’apparais comme une jeune femme froide, distante, voir même arrogante avec ce regard hautain qui est le mien. Ces témoignages sont une partie de la vérité, une partie de mon moi-même intérieur. De mon âme, si je puis dire … Il est vrai que j’installe toujours une distance, un fossé quasiment infranchissable. Pour quelle raison ? Certains vous répondront que cela définit un énorme égocentrisme, un égoïsme sans borne. Laissez parler, je m’en contrefiche ! Je n’aime tout simplement pas me définir par rapport aux autres. Ma liberté. Une chose primordiale, vitale même. Peut-être que j’ai tout simplement peur de me voir enchaîner par ce qu’on appelle les « liens ». Non. Plus jamais. La douleur infligée lorsque ces liens sont détruits est beaucoup trop forte, écrasante, pour que je reprenne un jour le risque de m’attacher … C’est pourquoi je préfère ma bonne vieille solitude, camarade muette et infatigable. Vivre avec des individus ? Comment pourrais-je confier ma vie entre les mains de « camarades » alors que je prône ce statut de solitaire. Et puis, très franchement, survivre est déjà bien assez compliqué sans y rajouter d’autres « fardeaux » … !

Bref, après cette petite mise en scène, passons maintenant à la description a proprement parlé ! Humpf, je suppose qu’il serait bien de commencer par décrire mes principaux traits de caractère … Et bien, je ne suis pas quelqu’un qui se prend la tête. A dire vrai, je déteste ça. Je ne comprends tout simplement pas pourquoi des individus se … créent des problèmes en cherchant indéfiniment une réponse ou bien une solution. Non pas que je sois lâche, quand je n’ai pas le choix, je ne recule jamais face à un problème. Mais si je vois que la chose peut se résoudre sans passer par une tonne de parole, je la prends directement sans me poser de question. Mais c’est assez paradoxal en fait. Pourquoi ? Ben parce que j’adore parler. Même pour ne rien dire ! Pour vous dire, lorsque je suis sur la route, il m’arrive souvent de m’arrêter pour discuter avec des individus ! Non, soyons francs, je parle tout le temps toute seule. Ah mais je ne suis pas folle ! Enfin, pas totalement en tout cas … je présume. Je sais pertinemment que cela, le fait de ne jamais me taire, ne dérange pas, la plupart du temps. Je ne suis pas quelqu’un de difficile à vivre. Je dirais même que c’est le contraire, un rien me suffit pour que je sois heureuse. C’est une chose que j’ai appris il y a fort longtemps … La vie n’est pas belle, elle ne rend pas heureux, ne nous fait pas de cadeaux. La vie est une lutte perpétuelle et sans fin. Et même en sachant cela, je veux profiter et retirer un maximum de ces bons moments qu’elle m’accorde. Parce que je sais que quand viendra le moment de baisser les armes, je n’aurais pas de regrets.

Oh, mais ne croyez pas avec cette manière de voir la vie que je suis quelqu’un de parfaitement mature ! Ce serait plutôt le contraire ! Je pense que je suis restée dans l’âge de l’adolescence en fait … Bon, 24 ans, ce n’est pas non plus l’âge de la ménopause, mais tout de même ! Non, je dirais que je ne veux tout simplement pas grandir et garder cette innocence … Parce que, si je la retire, que me reste t-il ? Rien … à pars la noirceur. La peur ne quitte jamais mon être. Chaque instant, la peur me ronge … Celle de perdre le contrôle et laisser cette « chose » se déchainer. Jamais, oh grand jamais je ne dois perdre le contrôle. C’est d’ailleurs une chose qui me fait légèrement défaut … Disons pour faire simple, que j’ai le sang chaud et que j’ai tendance à m’emporter souvent et rapidement … Enfin, cela dépend, évidemment. Lorsque la situation le demande, je sais garder un parfait contrôle de moi-même dans n’importe qu’elle situation.

En définitif, je dirais que je suis quelqu’un de gentille et de protecteur avec les personnes que j'aime, c'est à dire une seule personne, sans oublier, évidemment, le fait que je sois une grande charmeuse dans l’âme. Tantôt déconneuse et drôle, je sais me montrer froide et calculatrice quand la situation l’impose.


Citation :
Troubles Dissociatifs de l’Identité ( TDI )

On confond généralement la schizophrénie avec cette maladie, pourtant c’est loin d’être la même chose. Où se trouve la différence ? La première crée des troubles au niveau du comportement, de la parole, du sommeil ou même de la nutrition. La schizophrénie engendre généralement une dépression ou des troubles anxieux. La personne atteinte de cette maladie peut, dans quelques cas, être atteinte d’illusions auditives en entendant des voix lui parler, cette maladie peut-être comparée à une extrême paranoïa.

Les troubles dissociatifs de l’identité engendrent la création d’une ou plusieurs personnalités au sein d’un même corps. Dans le cas d'Alice, c’est un peu plus spéciale. Du fait de son enfance spéciale et du choc émotionnel crée par la mort de sa jumelle, cette jeune fille à elle-même crée une double personnalité. Enfin, c’est plutôt son esprit, pour la protéger … Quoi qu’il en soit, cette seconde personnalité se dit être sa sœur, sa personnalité violente et brutale.


Écoutez-moi toute ces conneries qu’elle sort de sa bouche cette imbécile ! Et vous, bande de moins que rien, vous êtes surement en train de vous dire que c’est une gentille fille pleins de romances et de guimauves torturée par la vie ?! Je vais vous dire moi ce qu’elle est : FAIBLE. Si je n’étais pas là, elle ne serait rien. Absolument rien ! Et qu’est ce que je reçois en remerciement ? Rien à pars ses lamentations ! Bah ! Qui suis-je ? Alice Ever Black. Ah ah, je vois d’ici vos sourcils se soulever pour devenir septique ! Pitoyable … Vous les humains ne voyez pas plus loin que ce que vos yeux vous montrent. Il faut toujours que vous puissiez voir pour que votre esprit se prenne à croire. Vraiment pitoyable … Vous ne méritez qu’une chose : Mourir. Et pas de mes mains, non, je ne vous laisserais quand même pas ce privilège !

Qui suis-je ? Je vous ai déjà répondus. Qui suis-je ? Le vice. Qui suis-je ? La mort et la vie. Qui suis-je ? Le pouvoir. Je suis tout cela en même temps … et tellement plus. Que cette faible m’en laisse l’occasion et je vous réduirais tous en cendre, dans un monticule de corps vidés de leurs entrailles … Je ne souhaite qu’une chose : La destruction la plus totale. Que tout disparaisse. Même le néant en lui-même. Je m’arrêterais ici en ce qui me concerne. Sachez juste que je suis là, à l’affut. Prêt à vous tuer de mes propres mains.

« Parce que je suis une ombre qui te guette … qui ne te quitte jamais. »

- PHOBIES : Les araignées, un ongle cassé, les carottes. Oh et évidemment, «l'autre moi.»


Once upon a time

- BIOGRAPHIE : « - Dis Alice, raconte-moi une histoire ! » Oui, une histoire, pourquoi pas … Commençons par le début, vous voulez-bien ? Il était une fois, dans une ville peuplée par des milliers d’habitants, deux adolescents. Lucrecia & David ou Lu’ & Dav’. Elle, jeune fille vivant l’inconscience faisait des études de médecines. Aspirant à devenir un grand médecin dans le but de sauver des vies, elle consacrait son temps à ses études. Malgré cela, cette jeune fille avait sut garder ce grain de « folie » qui la démarquait tant. Pourtant, elle savait. L’échec n’était pas une option, elle se devait de réussir par tous les moyens. Pourquoi ? Tout simplement car ses parents n’étaient pas de ceux que l’on déçoit sans conséquences. Alors oui, Lucrecia voulait réussir pour pouvoir leur échapper. Appelez cela un « rêve ». Belle, talentueuse, intelligente avec un caractère de taureau. Ce sont ces points qui marquèrent David. Jeune homme élégant, il tomba immédiatement amoureux de ce cœur de glace qu’était ma mère. Dragueur, il surmonta les répliques mordantes, les regards froids et les lapins. Dans quel but, me direz-vous ? Tout simplement dans le but de faire fondre l’armure de glace. Officiellement, il était « Etudiant en faculté de droit ». Officieusement, Dav’ séchait tout simplement les cours, préférant flâner dans les pubs ou bien draguer encore et toujours Lu’. Ce fut ce point faible que ma mère utilisa contre lui. Vicieuse, voir même sadique, cette peau de vache lui fit un chantage. Elle lui accordait un rendez vous si, en échange, il reprenait les cours avec une assiduité parfaite. Lucrecia était têtue, mais David était déterminé et surtout, amoureux ! Et c’est comme cela que commença leur début d’aventure, par de simples banalités, des échanges mordants, des regards aguicheurs. Finalement, après deux ans à se tourner au tour, ils décidèrent de s’installer ensemble et de vivre en temps que « couple ».

« Dis bébé, que penses-tu du prénom Ever ? » Bien évidemment, qui dis boulot stable, couple heureux, maison luxueuse, veut forcement dire bébé, n’est ce pas ? Cette décision pour mes parents se prit d’elle-même, sans se poser la question, ils décidèrent que c’était le bon moment. Notons tout de même qu’ils avaient déjà pris cette décision en donnant naissance à ma grande sœur, Serena, la droguée, nymphomane & détraquée de service. Ouais, vous l’avez deviné, on s’adore, pour autant … A l’époque, je la voyais comme ma « jumelle ». Bref, ma mère … Et bien, disons qu’elle était de celle qui voulait acheter des habits roses, des petites robes et se voyait plus tard parler des garçons avec sa fille. Qu’elle blague, comme ci cette connasse était capable du moindre signe affectif. Pourtant, à l’époque, lorsqu’ils apprirent que l’enfant qu’ils attendaient était une fille, ma mère pleura de joie. Vraiment ironique … elle devait sûrement avoir une poussière dans l’œil la grognasse. Ma mère voulut me nommer Alice, mon père quand à lui n’eut qu’une exigence, il voulait me donner comme deuxième prénom « Ever », en hommage à ma grand-mère. Apparemment, dans les familles aisées, c’était la coutume. Connerie ! Mais bon … J’aurais pu tomber bien pire au final ! Imaginez ! « Hey Georgette ca te dit d’aller boire un verre ? » Trop cool … Quoi qu’il en soit, c’est de cette manière que commença ma vie, celle d’Alive Ever black.

« Dis Ever, tu veux faire quoi plus tard ? » Cette même et éternelle question que nous demande notre entourage alors que nous avons à peine l’âge de jouer à la Barbie. Pourtant, déjà à cet âge, j’avais une vague idée de ce que je voulais être plus tard, indépendante. Et oui, à l’âge de huit ans, j’appris des mouvements de self défense, à muscler mon corps et à augmenter mon endurance à l’aide de footing ! Les cours ne m’intéressaient pas forcement, pourtant, j’arrivais à me maintenir bien au dessus de la moyenne. J’avais compris très tôt que les études étaient une chance de pouvoir faire le métier qu’on voulait. Ou tout du moins, on avait le droit d’espérer. Une fille sage, oui. Jusqu’à ce que je fasse sa rencontre …

« Dis Ever, c’est quoi être amoureuse à en crever ? » Qu’est ce que c’est ? Hum … C’est simplement la personne au tour du quel ton monde gravite. Celui sans lequel tu n’es plus rien, où tu ne peux imaginer un monde sans lui sans perdre la raison et la joie de vivre. Nathanaël fut cette personne pendant deux années, jusqu’à ce que notre relation tourne au cauchemar. Notre rencontre s’était faite par le plus grand des hasards, lors d’une soirée où mes parents m’avaient traîné de force. Un vendredi soir, le jour de mes entraînements ! En colère, je n’avais rien dis de la soirée, préférant m’isoler pour mieux visualiser les visages afin de me foutre de la gueule des vieilles peaux voulant en paraître vingt. Ce fut lui qui vint vers moi. Adolescente, je voyais en lui un garçon charmeur, drôle et gentil. En plus, il était incroyablement sexy ! Comment, dans ces conditions, ne pas tomber amoureuse ? Pourtant, je ne suis pas une fille facile ! J’avais résisté, un peu comme ma mère avec mon père, pourtant, sans que je m’en rende compte, ses surprises, ses visites à l’improviste … Bref, tout en lui m’était devenue indispensable. D’après nos amis, nous formions un couple adorable, à la « mode ». Il fut le premier à toucher mon corps, le premier garçon avec qui je fis l’amour. Ce bonheur idyllique dura deux années, vint ensuite la décente aux enfers.

« Dis Ever, pourquoi tu pleurs ? » Notre troisième année –et dernière- de couple fut … un gouffre. Dans lequel, stupide blonde, je sautai avec de l’élan. Mon prince charmant devint violent lorsque je prenais le risque de lui répondre pour, au fil du temps, devenir violent tout simplement. Passant la majorité de son temps dans les clubs, il se ruinait en drogues et alcools en tout genre. Et moi dans tout ça ? Je l’accompagnais. Allant même à participer à des soirées échangistes, je pouvais dire sans l’ombre d’un doute que j’avais touché le fond. Pourquoi suis-je restée ? Car au fond … j’étais persuadée qu’il m’aimait. C’est ça aussi mourir à en crever. S’accrocher à cet amour alors qu’on sait. On comprend qu’on devrait le quitter … Mais c’est juste impossible. Je lui pardonnais chaque geste violent par amour, chaque insulte, humiliations. Mais « ça », ce fut la goutte de trop. Le déclic dont j’avais besoin en quelque sorte. Attendre que le garçon qu’on aime frappe à mort la seule personne qui avait osé s’interposer pour me défendre, celle que je dénigrais, Serena. La haine lorsque je vis son sang me fit perdre les pédales et déclencha dans le même temps la Clefs de ma liberté, mon Karnevale. Ce jour là, je compris que je devais vivre pour moi-même et surtout, ne pas compter sur mes parents pour me défendre.

« Dis Ever, quand on perd espoir on fait quoi ? » Là … Tout dépend de la personne. En général, on tombe dans la dépression, l’alcool ou bien tout autre extrême du même genre. Pour ma part, je dérivais dans un peu n’importe quoi. Tant que ça pouvait me permettre d’oublier. Oublier qui j’étais, mon passé, mon avenir et mes peurs. Juste … Planer, se sentir libre, ne penser à rien, faire le vide. J’étais une putain de bonnasse d’actrice ! Mes parents ? Lesquels ? Ils n’étaient jamais présents, passant leur vie entière au boulot et ô miracle, un sms de leur part pour savoir comment vont leur enfant, puisque l’aînée est morte et qu’ils font tout pour ne pas y penser ! Et puis, finalement, j’ai fais sa rencontre. Le deuxième homme à avoir marqué mon adolescence. Logan… Un coup de foudre. Malheureusement, je n’avais pas attendus le proverbe qui veut que toutes les passions les plus dévorantes soient les plus douloureuses lorsqu’elles se terminent. Notre histoire dura quelques mois et j’ai crus, bêtement, qu’il allait être mon sauveur. Qu’elle connerie ! Il fut tout le contraire ! Au final, quand tout c’est cassé la gueule, je me suis tout simplement sentie … coincée. Sans issue, il ne me restait plus qu’une chose à faire, terminer mon histoire par un joli « Happy End ». Avalant tout les médicaments dans la pharmacie, je me fichais complètement de crever comme une conne sur le carrelage, je voulais juste en finir.

« Dis Alice, c’est qui ta meilleure amie ? » J’aurais du crever sur ce carrelage trop lisse. Et pourtant, je suis encore là. Mon Karnevale … Qui aurait crut qu’il me sauverait la vie ? Direction les urgence sans passer par la case départ, ni toucher deux mille sphéros, try again Alice –or not- . Vous savez ce que ça fait vous de voir des infirmières vous déposer « par inadvertance » des prospectus sur le mal être intérieur des jeunes, style de rien ? Et bien, on a juste envie de leur faire bouffer à la paille ! Cette période, fut, malheureusement bien sombre, encore une fois. J’essayais malgré tout de même de ne pas me noyer, pas facile croyez moi ! La vie devint une lutte incessante, jusqu’à ce que je la rencontre. Elle. Celle qui sait tout de moi, mes plus sombres facettes. Mes défauts & mes qualités. On a juste partagé tellement de choses … Fous rires, pleurs, confidences. Elle est ma sœur, juste … Mon unique, ma famille. Grâce à elle, Ever devint Alice. Plus simple et surtout plus seine.

« Dis Alice, et maintenant ? » Maintenant ? Et bien, je vis. Avec les moyens que m’offre la vie. Je vis principalement grâce à ma voix, lorsque je chante dans des bars ou bien lors d’événements. Comment me suis-je découvert ce talent ? Simplement en chantant dans la rue, jusqu'à ce qu'une personne me lance une pièce .. Très cool, non ? De ce fait, la décision d'entrainer ma voie s'imposa d'elle même. Le contexte actuel du monde ? A vrai dire, je préfère adopter mon côté blonde qui ne comprends rien à la politique … Quoi que, les délires mégalomanes d’un psychopathe en puissance qui désire tout le pouvoir du monde … Bof quoi, ça fait un peu too much. La révolution faite dans le monde n'a pas changé grand chose à ma vie. Amenthalys était une ville calme de base .. Non, je ne peux pas dire que la Révolution a changé ma vie ou que ce soit d'autre. Côté mec ? Hm, je ne vais pas me prendre la tête de ce côté, j’ai déjà trop donné, je verrais avec le temps, voir pas du tout en fait.

The End ? Non, ce n’est qu’un début, car le plus dur dans tout cela, c’est de vivre et d’avancer. Toujours avancer.



Who are you ?

- PSEUDO : Chachou'.
- ÂGE : 20 ans.
- MOYENNE DE CONNEXION : 9/10, j'ai les moyens de passer chaque jours -histoire de troller /PAN/-
- MULTICOMPTES : Nop !
- COMMENT AVEZ VOUS CONNU LE FORUM ? : Google is my friend !
- AVEZ VOUS BIEN LU LE RÈGLEMENT ET LE CONTEXTE ? : Of course 8D ► [CODE OK]
- PERSONNAGE SUR L'AVATAR : Simca de Air Gear.
- AUTRE : Qui a des Mikados ? Je serais sa Fan ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Terek Vöronov
ta soeeeuuur

♦ Messages : 407
♦ Messages RP : 97
♦ Inscription le : 27/04/2012
♠ Humeur : Jouasse (◕‿◕✿) ou pas.
♠ Emploi : Prostituée (ex-Artemys)
♠ Karnevale : Annulation de tout Karnevale extérieur.

MessageSujet: Re: ► Présentation d'Alice Ever Black [Terminée]   Mar 2 Oct - 17:49

Au staff : pas la peine de corriger j'ai déjà dit ce qu'il y avait à préciser/modifier sur la cb, voilà voilà.




Autres comptes : Nadia Aung ; Adolf Fleisch
Avatars ©️ moi-même.
Userbar graphée par Czeslaw ok.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gijinkapkmn.forumactif.org/
avatar
Terek Vöronov
ta soeeeuuur

♦ Messages : 407
♦ Messages RP : 97
♦ Inscription le : 27/04/2012
♠ Humeur : Jouasse (◕‿◕✿) ou pas.
♠ Emploi : Prostituée (ex-Artemys)
♠ Karnevale : Annulation de tout Karnevale extérieur.

MessageSujet: Re: ► Présentation d'Alice Ever Black [Terminée]   Mar 2 Oct - 19:15

Et c'est bon pour moi, donc tu est validée héhé.




Autres comptes : Nadia Aung ; Adolf Fleisch
Avatars ©️ moi-même.
Userbar graphée par Czeslaw ok.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gijinkapkmn.forumactif.org/
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: ► Présentation d'Alice Ever Black [Terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 

► Présentation d'Alice Ever Black [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Karnevale Avenue :: Archives des Fiches-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit