Karnevale Avenue

blblbl


 

 [Event] An Army Lying in Wait

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Maître du Jeu
MJ

♦ Messages : 70
♦ Messages RP : 63
♦ Inscription le : 22/04/2012

MessageSujet: [Event] An Army Lying in Wait   Ven 20 Juil - 16:13

C’est officiel. Ils sont là, ces infâmes malfrats que tout le monde redoutait. Pendant quelques instants, les passagers ont senti de violentes secousses, un grand vacarme, des coups de canon qui retentissent et n’en finissent plus. Malgré tous les mérites vantés de ce fabuleux navire, ils ont réussi à rejoindre le pont du bateau et ont mis une pagaille monstre que l’équipage ne parvient pas à gérer. Certains sont restés sur le pont du bateau et affrontent l’assaillant, jouant au héros, d’autres sont partis se cacher et prient pour que les pirates, qui sont en surnombre, dont quelques infiltrés parmi les passagers, ne les trouvent pas…

  • Vous avez rejoint les locaux de l’équipage. Vous pensez être en sécurité, mais surprise, les matelots qui vous ont escorté sont en réalité des membres de l’équipage ennemi qui se sont infiltrés. Ils vous menacent, mais allez-vous vous laisser faire ? Ces hommes semblent un peu stupides, mais pas dépourvus de force physique, et ils ont l’avantage du nombre.

Les pirates sont partout, ils ont envahi le navire. Il vous sera difficile d’échapper à leur vigilance et leur surnombre risque de vous donner du fil à retordre. Bon courage !

Ordre de passage : Aurelle - Emi - Évangeline - Eduardo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aurelle Lorelynne
NOUVELLE ALZEN

♦ Messages : 256
♦ Messages RP : 94
♦ Inscription le : 28/04/2012
♠ Emploi : Esclave potentielle
♠ Karnevale : Maîtrise des plantes

MessageSujet: Re: [Event] An Army Lying in Wait   Mer 25 Juil - 23:21

Aurelle avait à peine réussi à rejoindre le pont que les événements prirent une toute autre tournure, et ce qui n'était pour elle qu'une histoire digne des contes et légendes de sa jeunesse se matérialisa juste devant ses yeux : une horde de pirates bondit au dessus de la barrière à quelques mètres d'elle et prit le pont d'assaut. Alors c'était ça, le système ultrasécurisé qui assurait le bon déroulement de leur croisière ?

Mais l'heure n'était pas aux plaintes, l'adrénaline dépossédait la jeune femme de son entendement, et lorsqu'un « Vite, par ici ! » parvint à ses oreilles elle ne se fit pas prier pour s'engouffrer dans les locaux.


Le petit groupe de passagers paniqués dont elle faisait partie finit par se retrouver dans une impasse, assez loin de la zone tumultueuse. Sans doute il y avait-t-il de soldats à bord qui allaient se charger de rétablir l'ordre, et se sentit un peu rassurée, toute piètre combattante qu'elle était, de ne pas avoir à participer à l'affrontement... Du moins elle l'espérait.

Mais la jeune femme déchanta lorsqu'elle constata l'étrange comportement des quelques matelots qui les avaient accompagnés, et qui se révélèrent aussitôt du camp ennemi. Alors cette attaque était bien programmée, il y avait des infiltrés... Navire imprenable qu'ils disaient !

La peur au ventre, la fleuriste essayait de fusionner avec le mur. Ils se faisaient menaçants, assurément ils n'étaient pas là pour rigoler. Allaient-ils juste les séquestrer... Ou..?

La jeune femme considéra l'étendue de sa puissance dévastatrice. Elle devait avoir le Karnevale le plus utile de Sphéra en cet instant. « Attaque pétales de roooose ! » Mais quelle force, mais quel charisme. Elle plaisantait avec elle même mais elle se maudissait à vrai dire. Encore ils auraient été au milieu de la forêt elle aurait pu faire quelque chose, mais là, il fallait synthétiser de la matière, et pour en faire quoi ? Sans compter que les bandits étaient assurément en surnombre, et en espérant qu'il n'y avait pas d'autres infiltrés parmi les quelques passagers qu'elle avait suivis.

Alors elle se terrait au fond de la salle, en priant pour qu'il se trouve dans l'assistance de plus valeureux guerriers qu'elle. Ce voyage qui devait être un nouveau départ dans sa vie tournait en catastrophe magistrale.


(encore sincèrement désolée d'avoir bloqué tout le monde... Je sais pas trop où j'étais mais j'étais clairement ailleurs...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://runamei.tumblr.com/
avatar
Emi MacKnight
AMENTHALYS

♦ Messages : 155
♦ Messages RP : 29
♦ Inscription le : 13/05/2012
♠ Humeur : Maussade.
♠ Emploi : Associée de Mewalck Margin pour ses enquêtes
♠ Karnevale : Maîtrise de la Gravité (pas encore totale)

MessageSujet: Re: [Event] An Army Lying in Wait   Jeu 26 Juil - 14:21

Emi, Mewalck et la troisième jeune femme n’eurent pas le temps d’aller cheercher des informations sur ce qui arrivait au navire que celui-ci était ébranlé par une secousse d’une telle violente que bon nombre des personnes présentes sur le pont tombèrent à la renverse. Des coups de canons résonnèrent à nouveau et, avant même que les trois femmes aient pu se conserter, des dizaines de pirates apparurent sur le navire.
Ce fut la panique. En une fraction de seconde, le pont du bâteau était surpeuplé. Tout le monde courait, hurlait, dans un désordre épouvantable . Emi se fit bousculer de tout côté, elle ne voyait plus rien, elle ne savait même pas si les gens qui gesticulaient à côté d’elle étaient des pirates ou des passagers du bâteau. Elle paniqua, jetant des regards effrayés à droite et à gauche et elle constata avec horreur que, dans la bousculade générale, elle avait été séparée de Mewalck et de leur compagne brune. Elle eut beau essayer de jeter des regards partout, il fallut se rendre à l’évidence : au milieu d’une telle panique, elle n’allait jamais pouvoir les retrouver.
La panique la gagnait de plus en plus : elle était projeté dans toutes les directions par des gens qu’elle n’arrivait pas à discerner, elle ne voyait même pas où elle allait. Elle sentit son cœur accélerer dangereusement, comme lors d’une crise de panique, crise qui lui arrivait régulièrement quand elle se laissait submerger par la peur. Mais ce n’était pas le moment de flancher et elle le savait. Elle envisagea un instant d’utiliser son karnevale : grâce à lui, elle pourrait voler au-dessus de la foule… Mais elle se dit qu’elle sera une cible parfaite pour les pirates, qui devaient très certainement être armés.

Alors qu’elle réfléchissait à toute vitesse, elle entendit un « Vite ! Par ici ! » et elle sentit un homme la pousser, elle et d’autres passagers. Avant qu’elle n’ait pu réagir, elle se retrouva à l’intérieur du navire, au milieu d’un petit groupe de voyageurs affolés, encadrés par une dizaine de personnes qui avaient l’air étonnemment calme. Des matelots ? Des soldats ? D’après leurs paroles, ils voulaient les accompagner en lieu sûr, loin de la bataille. Emi se calma un peu et regarda autour d’elle, dans l’espoir de voir un visage familier, mais ni Mewalck ni la jeune inconnue aux longs cheveux bruns ne faisaient partie du groupe.
Ils marchèrent jusqu’à arriver près des locaux du navire. Là, ils ouvrirent la porte d’une salle dans lequel le groupe s’engouffra. La jeune noble se posta au fond de la salle, attendant ce qui allait se passer. Au-dessus de leurs têtes, on entendait un grand vacarme provenant du pont : de toute évidence, une bataille s’y déroulait. Emi était déboussolée et regarda les matelots, dans l’espoir de deviner par leurs gestes leur plan de défense face aux pirates. Elle vit alors qu’ils avaient un comportement bien étrange : ils s’échangaient des regards mauvais, parlaient à voix basses en ricanant et regargaient le groupe de passagers avec un air cruel. Emi sentit son sang se glacer. Elle était sûre que ces hommes n’avaient pas d’intention sympathique à leur égard … Ce devait très certainement être des complices des pirates, voire des pirates eux-mêmes. Elle regarda les passagers autour d’elle : aucun n’avait la carrure de combattant et elle se dit que personne ne devait avoir d’armes sur lui.

Mais elle en avait. Elle était peut-être la seule à avoir de quoi se défendre en cas d’agressions. Inquiète, perdue mais déterminée à faire face en cas de pépins, la jeune fille s’appuya contre le mur, releva discrètement sa robe et fit glisser son doigt le long de la lame de son poignard, bien collé contre sa cuisse.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Évangeline Fahrell
NOUVELLE ALZEN

♦ Messages : 104
♦ Messages RP : 20
♦ Inscription le : 28/04/2012
♠ Humeur : Rêveuse.
♠ Emploi : Aide-soignante.
♠ Karnevale : Empathie.

MessageSujet: Re: [Event] An Army Lying in Wait   Mer 1 Aoû - 21:23

Tu faillis héler ton ami Cyan en l'apercevant parmi les autres "nouvelles recrues" de l'équipage pirate, mais la mine patibulaire des malabars postés un peu partout sur le pont t'en dissuada. D'ailleurs, à mesure que le navire se rapprochait du Panchock, tu regrettais un peu plus ton précédent sursaut de bonté. Si tu avais accepté de grossir les rangs du capitaine Leibniz sans trop réfléchir, persuadée que tu saurais trouver joyeusement un moyen de l'aider à parvenir à ses fins malgré ton inutilité en cas de combat, tu réalisais désormais que c'était justement dans l'optique d'un combat que nombre d'entre vous avaient été réquisitionnés pour augmenter l'effectif. Là encore, te manifester ne te sembla pas plus prudent que tout à l'heure et tu gardais le silence, jusqu'à ce que le Panchock soit en vue.

Ce qui marqua le début de la débandade totale. Les coups de canons, le martèlements des bottes, les cris, les invectives, t'étourdirent à un tel point que tu te sentis soulevée du sol et lâchée sans ménagement sur le pont du bateau de croisière sans trop savoir comment. En te relevant, tu jetais un œil autour de toi. L'organisation des assaillants, malheureusement, dépassait les passagers. Beaucoup s'étaient entassés à l'autre extrémité du pont en tremblant, tenus en respect par la lame des brigands, tandis que d'autres étaient repoussés par petits groupes d'un bout à l'autre du navire pour les dissuader de jouer au héros. Un coup d'épée faisait taire ceux qui s'y risquaient. Un groupe de gaillards en armes passa devant toi, menaçant de la pointe de l'épée un petit groupe de passagers qui se dirigeaient malgré eux vers l'intérieur du navire. Un jeune homme vêtu de rouge leur emboîtait le pas, visiblement aussi à l'aise que toi. Il te semblait l'avoir aperçu sur le pont du bateau pirate, un peu plus tôt. Un autre "pirate amateur", donc. Une montagne de muscle fermait la marche. Celle-ci, apercevant ton absence de réaction, t'attrapa par le col pour t'entraîner à la suite du petit groupe. Le brigand fit la sourde oreille à tes protestations et ne broncha même pas lorsque, à force de contorsions, tu lui abattis ta mallette de soins - que tu avais gardée avec toi pour te rassurer - sur le crâne. Sûrement que ça sonnait creux, là-dedans. Il ne consentit à te poser à terre qu'après avoir refermé la porte de la pièce dans laquelle votre petite expédition venait d'entrer. Tu évaluais la situation du regard. Un peu plus d'une demi-douzaine de passagers, quatre pirates plus le malotru qui t'avait transportée comme un sac de farine, plus l'homme en rouge, plus toi.

Tu n’eus pas le loisir de poursuivre tes observations plus longtemps. Tu te sentis à nouveau soulevée du sol, et poussa un petit cri en croyant que l'autre brute revenait à la charge pour quelque obscure raison. Mais la crainte fit place à la stupéfaction lorsque tu réalisais que tu lévitais à plusieurs mètres du sol. Heureusement que le plafond était plutôt haut. Un coup d'œil t'informa rapidement que tu n'étais pas la seule à flotter dans les airs : c'était le cas de toutes les personnes présentes dans la pièce. Quand tu aperçus le mobilier faire de même, l'explication t'apparut clairement : la gravité diminuait. Tu ignorais si l'un des passagers tentait silencieusement de renverser (littéralement !) la situation ou si ton karnevale faisait encore des siennes, ou les deux, mais l'hésitation ne fut pas longue. Autant tirer profit de cet imprévu pour tenter de se débarrasser des pirates, car dès que le phénomène aura pris fin, il y aura certainement de douloureuses représailles pour les passagers qu'ils tiendront pour responsables de ce qui se passait. Tu constatais avec joie que tes cours de physique - selon lesquels, lorsque la gravité était basse, les petits volumes se mouvaient plus facilement que les gros - ne t'avaient pas menti : tu te déplaçais avec plus d'aisance que les pirates et leur imposante carcasse. Tu entrepris alors, dans un drôle de mouvement proche de la brasse, de te rapprocher de l'un d'eux. Tu agrippais ta mallette de soins, la soulevait au-dessus de ta tête et l'abattis violemment de son crâne. L'actuelle perturbation gravitationnelle avait un peu ralenti ton geste, et donc diminué la force du choc, mais tu avais veillé à viser la nuque pour assurer une perte de connaissance.

Aussitôt, des grondements de rage te parvinrent. Ses quatre compères, furieux, tentaient déjà de progresser dans ta direction. La panique commença à se faire sentir. Tu ne viendrais pas à bout, seule, de quatre hommes certes gauches mais pas moins musclés ... Tu glissais un regard de détresse en direction du jeune homme vêtu de rouge, dans l'espoir que tout comme toi, il soit là un peu par erreur et te vienne donc en aide.




Moi je ne suis qu'une fille de l'ombre
   Qui voit briller l'étoile du soir
   Toi mon étoile qui tisse ma ronde
   Viens allumer mon soleil noir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Eduardo A. Rodríguez
ALMANCAR

♦ Messages : 105
♦ Messages RP : 29
♦ Inscription le : 29/04/2012
♠ Humeur : Calme en temps normal, enthousiaste lors des parties de cartes prometteuses.
♠ Emploi : Joueur de cartes (sisi).
♠ Karnevale : Métamorphose en Corbeau (pas en Mouette, hélas).

MessageSujet: Re: [Event] An Army Lying in Wait   Dim 5 Aoû - 20:47

Eduardo avait du mal à réaliser ce qui se produisait devant ses yeux. Bon, il s'était au moins un peu mieux réveillé, en sentant durement le sol sur ses fesses durant sa violente chute depuis le filet qui le tenait prisonnier dans les mines. Mais il n'était vraiment pas habitué à la violence, même s'il vivait dans des marais assez mal réputés pour leur tranquillité. Eduardo se tenait toujours à l'écart des ennuis... Du moins, autant qu'il le pouvait. Il s'en sortait toujours après tout. Et puis, quand il avait des problèmes, Roberta était toujours là.

Mais hélas, il se retrouvait maintenant au milieu de cris et de vacanciers agités. Et pas la moindre plume blanche de sa tendre amie en vue. La pirate blonde qui l'avait séquestré, avec d'autres pauvres idiots comme lui, dans ces immondes filets, lui avait clairement dit que ''s'il ne voulait pas voir son pigeon broyé sur le champ, il devait la suivre, mais sans prendre son stupide volatile'', ce qui signifiait qu'il avait dû laisser Roberta seule à Almancar. Le pauvre Dudu était mort d'inquiétude. Mort d'inquiétude alors qu'il devait menacer - oui, Eduardo devait être MENAÇANT – des gens, eux aussi, morts d'inquiétude, et les amener dans les locaux du bateau qu'il venait d'assaillir malgré lui. Eduardo soupira. Pourquoi il devait faire ça ? Lui qui aurait tant aimé voyager tranquillement avec Roberta sur un bateau à explorer des contrées inconnues et découvrir de nouvelles races de mouettes. Roberta aurait sûrement aimé faire partie de ce voyage... Et qui sait, elle aurait pu revoir sa famille ! Eduardo sentit une larme couler sur sa joue.
Pour le rappeler à l'ordre, un gros pirate, composé à 90%, de muscles le bouscula pour le ramener sur terre... ou plutôt sur planche. Eduardo détala sur cinq mètres. Ce pirate devait faire cinquante centimètres de plus que lui. Se tenant la côte, il jugea préférable de suivre les groupe qui se trouvait devant lui.

Eduardo entendit un son creux venir de derrière lui. Sa ''collègue pirate du dimanche'' - pas tant que ça en fait - venait d'assommer le malotru qui avait osé le bousculer quelques minutes plus tôt. Eduardo fut épaté et lui lança un regard plein de remerciement et d'admiration. Une fois à l'intérieur, Dudu se sentit léviter. Il crut que son karnevale s'était activé tout seul et qu'il avait pris sa forme de corbeau, mais il comprit bien vite que les autres aussi n'avait pas échappé à cette lévitation. La gravité avait bel et bien diminué. Eduardo commença à paniquer, c'était forcément la manifestation d'un karnevale, une bagarre n'était pas loin... En entendant un nouveau son creux, Eduardo plissa les yeux. Voilà qu'on commençait à se battre. En jetant tout de même un œil pour voir qui étaient l'agresseur et l'agressé afin de les éviter. C'était à nouveau sa collègue aux cheveux blancs. Elle avait beau avoir une apparence d'ange, elle savait se défendre ! Et beaucoup mieux que Dudu...
Aïe, les choses se gâtaient. Les quatre autres compatriotes de l'assommé grognaient et tendaient de s'approcher tant bien que mal vers la pauvre jeune femme. Celle-ci lança un regard de détresse à Eduardo. Rassemblant ses maigres forces et gonflant son torse vide de muscles, Eduardo nagea dans l'air pour s'approcher d'elle. Après tout, elle l'avait bien aidé en assommant ce gros lard ! Mais Eduardo n'était vraiment pas un bon nageur. Il ne faisait que tourner autour de lui même. Il n'arrivait pas à bouger. La panique commença à le submerger.

C'est alors qu'il sentit une force le pousser petit à petit vers les pirates. Quelque chose qui le poussait du dos, mais qui le lui pinçait aussi... Dans sa stupide lévitation, il tenta de se retourner – ce qui prit dix bonnes secondes – et l'image de Roberta illumina ses photorécepteurs. Elle l'avait suivi discrètement pendant tout le voyage vers le Panchock et avait dû s'introduire dans la salle pendant la panique ! Mais avant qu'il ne put dire quoi que ce soit, sa mouette vola – ou du moins essaya – vers les gros pirates et s'agrippa à leurs cheveux afin de les leur tirer. Elle hurlait pour les déstabiliser. Eduardo comprit ce qu'elle voulait faire.
    « Vite ! Profitez-en pour les assommer ! Roberta, tu es merveilleuse ! » cria Eduardo, le cœur rempli de bonheur.
Une passagère reçut le message et frappa le visage du pirate avec son sac à main. Roberta renouvela l'expérience sur le prochain pirate, mais celui-ci l'attrapa par une patte. La pauvre mouette était prise de panique. Décidément, il ne lui arrivait pas que des belles...
    « Oh non, Roberta ! Ne lui faîtes pas de mal, par pitié ! » hurla Eduardo.
Dans l'agitation du pauvre homme, le pirate sortit un couteau. Eduardo paniqua de plus belle, mais ne pouvait toujours pas atteindre les pirates.
    « Pitié ! Aidez-la, je vous en prie ! » pleura-t-il à l'adresse des passagers et de sa collègue.






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aurelle Lorelynne
NOUVELLE ALZEN

♦ Messages : 256
♦ Messages RP : 94
♦ Inscription le : 28/04/2012
♠ Emploi : Esclave potentielle
♠ Karnevale : Maîtrise des plantes

MessageSujet: Re: [Event] An Army Lying in Wait   Ven 10 Aoû - 9:17

Dans les quelques pirates qui fermaient la marche, une jeune fille suspendue au bras d'un type à la carrure imposante entrèrent à leur tour. Le gars était sans nul doute du camp ennemi, mais qu'en était-il d'elle ? Était-elle une passagère qui avait tenté de fuir ? Il était difficile d’imaginer la chose autrement, elle n'avait absolument rien de pirate à la regarder. Puis elle frappa le gros-bras avec ce qui était clairement une mallette de secours. Pour s'en prendre comme ça à un pirate, elle était infirmière pour eux, ou alors une passagère qui n'avait pas froid aux yeux.

Aurelle avait vu du coin de l'oeil la jeune femme à sa droite relever sa robe pour laisser apparaître des éclats brillants, bien, il y avait donc des gens armés ici. Leurs chances de se sortir de là en un seul morceau augmentaient sensiblement, mais il allait tout de même falloir qu'ils fassent preuve de capacités de combat hors du commun.

Puis, l'impensable se produisit, ce ne pouvait être que le Karnevale d'un Sphérien à bord. La fleuriste se sentit d'abord de plus en plus légère, puis décolla du sol. Elle n'était pas seule, c'était le cas de tout ce qui se trouvait dans la pièce. La supposée infirmière poussa un cri de surprise alors qu'elle voyait le type revenir vers elle, mais ne perdit pas son courage et riposta, se mouvant dans l'air avec une agilité bien plus élevée, elle abattit l'un des pirates d'un coup de mallette bien placé, enfin, il ne bougeait plus du moins.

Cette victoire éclatante impressionna beaucoup Aurelle, mais voir ses collègues se rapprocher dangereusement de la combattante lui provoqua un pincement intérieur. Elle n'allait pas rester comme ça à la regarder se faire massacrer, elle ne pouvait pas... Mais en quoi allait-elle pouvoir se rendre utile ? Alors qu'elle réfléchissait à son dilemme, un jeune homme s'était avancé vers le cœur du combat, accompagné d'un volatile, une mouette. Mais ce n'était pas l'heure de s'interroger sur l'invraisemblance complète de la situation, et la fleuriste murmura « allons-y » à sa voisine, elle n'allait pas rester là une minute de plus, s'ils comptaient sur une chance infime de s'enfuir, ils allaient tous devoir y mettre du leur.

La mouette se mit à piailler d'un son strident extrêmement puissant, ça perçait les tympans, et surtout ceux d'un des gros bras, sur lequel elle s'était posé. Un sac à main vola alors à son visage et le sonna complètement. Bonne idée. « Roberta » réitéra l'opération mais se fit capturer par le deuxième, qui sortit aussitôt un couteau de sa ceinture. Sous les pleurs du maître de l'animal, la fleuriste approcha rapidement le type et enroula du creux de sa main une liane épaisse autour de la lame. Contre toute attente, ça marchait ! Plutôt pas mal même. Et ça marchait si bien qu'une idée lui vint : elle fit glisser sa liane et le ligota de tout son long en un éclair. Elle se plaça ensuite entre les deux jeunes gens, il restait encore beaucoup de pirates à neutraliser, et si elle s'étaient rendue un peu utile à l'instant, ça ne faisait certainement pas d'elle une super héroïne.

Elle resserra l'étreinte de la liane au niveau du poignet de la main qui retenait la petite Roberta pour la lui faire lâcher, et celle-ci se renvola aussitôt. Une mouette apprivoisée, hein ? C'était peu banal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://runamei.tumblr.com/
avatar
Emi MacKnight
AMENTHALYS

♦ Messages : 155
♦ Messages RP : 29
♦ Inscription le : 13/05/2012
♠ Humeur : Maussade.
♠ Emploi : Associée de Mewalck Margin pour ses enquêtes
♠ Karnevale : Maîtrise de la Gravité (pas encore totale)

MessageSujet: Re: [Event] An Army Lying in Wait   Mar 14 Aoû - 22:48

Agir.
Vite.

De toute évidence, les ennemis tenaient des gens en otage : Emi avait vu un homme à la carrure similaire à une armoire porter de manière peu délicate une jeune fille aux cheveux blancs, qui lui avait asséné un coup sur la tête à l’aide d’une mallette qu’elle portait, coup qui s’avéra sans grand effet sur le mastodonte.
Ces hommes étaient tout à fait capable de les prendre en otage eux aussi. Après tout, n’étaient-ils tous pas enfermés dans une salle, à leur merci ? Emi sentit des sueurs froides couler sur ses tempes. Ce n’était qu’une question de temps avant qu’ils ne se montrent agressifs.

Il fallait agir.
Il fallait agir vite.

La seule solution était d’attaquer avant eux. Mais Emi se voyait mal se jeter sur ces gros malabars avec son petit poignard. Elle savait se défendre mais il y vaait des limites.
Non, ce qu’il fallait, c’était les prendre par suprise, les déconcerter, pour pouvoir mieux les attaquer…Et pour cela, elle n’avait qu’un seul choix. Utiliser son karnevale.
Emi ferma les yeux. Son concentration était à son paroxysme. Elle savait qu’elle n’utilisait pas son pouvoir tous les jours et qu’elle n’en avait qu’une maitrîse partielle, mais si elle concentrait son énergie, peut-être arriverait-elle à faire léviter les personnes autour d’elle… Il le fallait. Puisant jusqu’au plus profond de son être, elle déversa tout le karnevale qu’elle était capable de produire dans la salle sombre du Panchock.
Doucement, Emi sentit ses pieds quitter doucement le sol. Elle entrouvrit les yeux et constata avec une fierté sans pareil que toute personne autour d’elle, passagers ou pirates, flottaient paisiblement en l’air, la mine affolée. Elle avait réussi à faire léviter tout le monde ! Quoique … Emi sentait la force d’un second karnevale, qui renforçait beaucoup le sien. Une autre personne aurait-elle un karnevale similaire au sien, dans la pièce ? Emi secoua la tête. Ce n’était pas le moment d’avoir des questionnements philosophiques, l’heure était à la bataille. D’autant plus qu’elle sentait que l’expression de son karnevale à un taux si élevé l’afaiblissait rapidement… Elle ne pourrait faire léviter autant de personnes que quelques minutes.
Comme elle l’espérait, la situation surpris énormément les pirates, ce qui permis à la jeune otage aux cheveux blancs d’asséner un second coup de mallette au rustre à côté d’elle. Le coup, cette fois-ci, laissa le barbare sur le carreau, assomé. Mais d’autres pirates fonçaient vers la jeune combattante qui, paniquée, implora du regard qu’on vienne l’aider. Emi entendit alors une fille aux cheveux courts et châtains à côté d’elle, qui se pencha vers elle en murmurant :

» Allons-y ! »

Emi approuva d’une signe de tête. Elle commença à s’élancer vers la jeune fille en détresse quand elle vit une chose qui la laissa sans voix : un jeune garçon vétu d’un costume rouge volait vers la demoiselle à la mallette, accompagné… d’une mouette.
Avant qu’Emi n’ait eu le temps de se remttre de l’étrangeté de la scène, la mouette plongea vers les pirates à toute allure. Une mouette combattante ! Jamais on aurait pu croire avoir un tel allié.
L’aide du volatile s’avéra plus qu’efficace : un pirate, attaqué par l’oiseau, fut violemment assomé par la mallette, comme son compagnon précédement. Malheureusement, une autre brute, armée d’un couteau, attrapa la mouette. Le garçon au costume rouge cria pour que quelqu’un vienne aider « Roberta ». Ce devait être le nom de l’oiseau.
La voisine d’Emi vola à toute vitesse vers l’homme qui retenait l’oiseau et une chose incroyable se produisit : une liane apparut, s’enroula autour du pirate qui libéra Roberta. Emi écarquilla les yeux. La fille aux cheveux courts avait un karnevale ! Les choses commençaient à tourner en leur faveur.
La jeune noble rejoignit les trois combattants (quatre avec la mouette ?) et dégaina son poignard. Un pirate fonça vers elle et elle abatit violemment son arme dans le flanc de la grosse brute, qui dévia loin d’eux en criant de douleur.
Elle revela le visage : il ne restait plus qu’un seul pirate dans la salle, un homme immense, aux muscles luisants et armé d’un énorme sabre. Il se tenait à distance respectable et les regardait de l’air heureux du sadique qui s’apprête à torturer de pauvres innocents.
Emi jeta rapidement des regards à ses comagnons. Il fallait iradiquer ce dernier ennemi.

Soudain, un violent mal de tête s’abatit sur Emi. Alors qu’elle retint un gémissement de douleur, elle constata avec horreur qu’elle et ses compagnons revenaient lentement vers le sol.

Elle n’avait plus la force d’utiliser autant son karnevale sur eux.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Évangeline Fahrell
NOUVELLE ALZEN

♦ Messages : 104
♦ Messages RP : 20
♦ Inscription le : 28/04/2012
♠ Humeur : Rêveuse.
♠ Emploi : Aide-soignante.
♠ Karnevale : Empathie.

MessageSujet: Re: [Event] An Army Lying in Wait   Ven 24 Aoû - 21:41

Ton appel au secours muet eu bien plus que l'effet escompté. L'homme en rouge, premier destinataire de ton regard implorant, ne perdit pas de temps et progressa dans ta direction, vite rejoint par ... une mouette. Si la vision de cette alliée inattendue commença par te déconcerter, tu perdis ensuite quelques instants à l'observer bêtement, subjuguée par l'adresse du volatile. Quelle adorable créature !
Le cri de détresse de son propriétaire te ramena sur terre. Tu n'avais pas encore esquissé un mouvement qu'une solide liane, venant de derrière toi, s'enroula autour de la pogne du pirate qui menaçait la mouette. Celle-ci s'en retourna voleter aux côtés de son maître pendant que la liane se faisait plus longue, ligotant étroitement le barbare qui avait voulu attenter à l'intégrité physique de cette pauvre petite mouette. Tu entrepris de te retourner pour mettre un visage sur son sauveur (ou sa sauveuse) qu'une jeune fille brune entra dans ton champ de vision, plantant au même instant une lame dans le flanc d'un des malabars. Un petit sourire étira spontanément tes lèvres. Rien n'était gagné, mais la situation commençait à tourner en votre faveur.

Oh-oh. Ton sourire s'effaça aussi vite qu'il était apparu quand tu réalisais avec effarement que la gravité retrouvait son état initial, vous faisant tous lentement redescendre sur le plancher verni du navire. Tes pieds n'avaient pas encore touché sol que tu opérais un rapide calcul. Sur les cinq pirates qui avaient entraîné les passagers dans cette pièce - en prenant bien soin de verrouiller la porte derrière eux, bien sûr - deux étaient assommés, un ligoté, un autre légèrement blessé et le dernier indemne. Ça faisait donc deux contre quatre, ou plutôt cinq si l'on comptait l'adorable mouette. Mais les pieds sur terre, les mastodontes retrouveraient l'avantage qui les avait ralentis, tout à l'heure : leur masse musculaire. Et là, la tendance s'inverserait. Ce qui prédisait une suite des évènements autrement moins plaisante et moins aisée que quelques instants auparavant. Tu réfléchis à toute vitesse, sentant déjà tes orteils rencontrer le plancher. Tu ignorais totalement si l'épisode gravitationnel qui venait d'avoir lieu était l'œuvre d'un des passagers ou de ton karnevale incontrôlable, mais, avec un peu de chance, il y avait d'autres détenteurs de karnevale dans la salle. Faire plier ton pouvoir à ta volonté relevait de l'exploit, mais tu devais au moins essayer. Peu importe quel karnevale entrerait en ta possession, tu pourrais au pire faire diversion, au mieux attaquer - ou du moins, tenter. À vous tous, qui sait ? vous parviendrez peut-être à vous débarrasser des deux pirates. Le projet semblait un peu candide, mais tant pis. Tout plutôt que de les laisser noyer leur colère dans le sang des passagers.

Tu fermais les yeux pour plus de concentration et t'efforçais d'user de ton karnevale. Tu les rouvris brièvement, sans trop le vouloir, avant de les refermer ... et de les ouvrir à nouveau. Comment cela se faisait-il que ton champ de vision soit désormais réduit aux pieds des personnes présentes dans la salle ? Paniquée, tu voulus tendre la main devant toi, mais ce ne fut pas exactement ceci qui apparut sous tes yeux. Non, au lieu de ça, ce fut une aile. Noire. Le petit cri de surprise que tu ne pus retenir se mua en un horrible croassement. ... Un corbeau ? Tu commençais à comprendre. Un des otages devait sûrement être doté du karnevale de transformation en corbeau, et tu l'avais copié, tout simplement.

Bien, le temps n'était plus aux réflexions. Malgré que tu te sentes pataude dans ce nouveau corps, tu entrepris péniblement de battre des ailes pour t'élever dans les airs. L'opération te prit quelques minutes durant lesquelles, tout à ton exercice, tu ne prêtas pas vraiment à l'affrontement qui devait avoir commencé. Une exclamation - pardon, un croassement - de victoire salua ta réussite tandis que tu te hissais à hauteur d'épaule, testant de tes ailes maladroites les manœuvres nécessaires à l'accélération ou au changement de direction. Les mouvements plutôt bien assimilés, tu avisais le pirate le plus proche et déployais tous tes efforts pour lui foncer dessus, bec en avant. Malheureusement, il te repéra en un coup d'œil et, avant que tu ne puisses l'éviter, envoya valser ton petit corps d'oiseau d'un revers de la main magistral. Tu heurtais de plein fouet le mur le proche avant de t'écraser lamentablement par terre, proprement assommée. La dernière pensée qui t'effleura, avant que les ombres de plus en plus nombreuses dansant devant tes yeux de volatile ne t'emportent, fut que tu n'avais pas réfléchi un instant aux difficultés qui se présenteraient à toi pour recouvrer ta forme humaine.




Moi je ne suis qu'une fille de l'ombre
   Qui voit briller l'étoile du soir
   Toi mon étoile qui tisse ma ronde
   Viens allumer mon soleil noir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Eduardo A. Rodríguez
ALMANCAR

♦ Messages : 105
♦ Messages RP : 29
♦ Inscription le : 29/04/2012
♠ Humeur : Calme en temps normal, enthousiaste lors des parties de cartes prometteuses.
♠ Emploi : Joueur de cartes (sisi).
♠ Karnevale : Métamorphose en Corbeau (pas en Mouette, hélas).

MessageSujet: Re: [Event] An Army Lying in Wait   Lun 27 Aoû - 15:55

Miracle, c'est un miracle. Une liane se tisse autour du couteau qui s'est apprêté à égorger la pauvre petite mouette. Roberta n'a pas tardé à se dégager et à rejoindre Eduardo. Ce dernier se tourne pour trouver le sauveur ou la sauveuse de sa petite protégée. Il s'agit d'une jeune femme aux cheveux courts et châtains. Eduardo se précipite vers elle comme il peut.
    « Oh, merci mademoiselle ! Vous ne pouvez pas savoir à quel point je vous suis reconnaissant ! »
L'agresseur de son amie est désormais hors d'état de nuire. Parfait. Roberta n'hésite pas à se moquer de lui. Après tout, les mouettes sont douées pour faire ce genre de choses. Une femme aux longs cheveux bruns plante son poignard dans le flanc d'un autre pirate. Ils commencent à perdre, la victoire est proche ! Roberta et Eduardo crient de joie.

Mais leurs réjouissances ne durent pas bien longtemps, tous les passagers commencent à regagner le sol. Les deux pirates assommés ainsi que le ligoté tombent dans un bruit sourd sur le plancher du bateau. Le blessé pousse un grognement et le dernier sort son sabre. Rien n'est encore fini. Il va falloir se lier pour les mener à bout. Eduardo se retourne pour demander un conseil à ses coéquipières, mais il n'en voit que deux. Où est passée la jeune femme aux cheveux blancs ? En la cherchant du regard, Eduardo voit un corbeau voler un peu de travers pour prendre de la hauteur. Il prend peur. Quelqu'un a utilisé un karnevale pour le cloner ? Il ne lui semble pas avoir vu un corbeau dans la pièce. Roberta commence à suivre l'oiseau non identifié... Elle risque de se remettre en danger.
    « Roberta ! Qu'est-ce que tu fais ? Regarde, je suis là ! Ce corbeau-là, ce n'est pas moi ! »
Il faudra lui apprendre à tenir en place.
Le pirate, ayant entendu Eduardo, repère le corbeau et le jette vers le mur d'un revers de main impressionnant. Roberta, surprise, se jette sur le corbeau pour lui porter secours. Pris de panique, Eduardo se transforme et rejoint les deux autres volatiles. Il ne tient pas à ce que Roberta soit blessée ou tuée. Mais en partant, il laisse deux pauvres jeunes femmes face aux deux gros pirates. Il doit faire vite.

Eduardo fonce vers Roberta, en passant entre les pieds du pirate, pour lui faire comprendre qu'il est son ami, Eduardo, que c'est lui. Il veut lui faire comprendre que le corbeau assommé, là, juste à côté d'elle, c'en est un autre. Il essaie aussi de lui faire comprendre qu'elle doit rester là, à veiller sur ce pauvre oiseau pendant que lui, il va essayer de faire diversion. Il reprend son vol, se précipite vers le crâne du pirate et attrape ses cheveux dans son bec pour les tirer de sa petite force de piaf. Il espère que ses deux alliées vont comprendre ce qu'il attend d'elle, il n'aura pas beaucoup de temps avant de finir comme l'autre corbeau.






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aurelle Lorelynne
NOUVELLE ALZEN

♦ Messages : 256
♦ Messages RP : 94
♦ Inscription le : 28/04/2012
♠ Emploi : Esclave potentielle
♠ Karnevale : Maîtrise des plantes

MessageSujet: Re: [Event] An Army Lying in Wait   Mar 28 Aoû - 7:27

Le maître de la petite mouette n'eut que le temps de la remercier que l'équipe passa de quatre humains et un volatile à deux jeunes femmes et leurs trois piafs, sachant que sa coéquipière était épuisée, un des oiseaux évanoui et la gravité déjà retombée. Elle était seule « opérationnelle ».

Du côté de l'ennemi, son ligoté, les deux assommés, un blessé et... un dernier très bien armé.

Il allait falloir qu'elle utilise à nouveau son Karnevale, mais comme l'autre, il avait une arme tranchante, et pouvait très bien se jouer de ses lianes pour peu qu'il fût un poil réactif, d'autant plus que l'effet de surprise était passé et qu'il devait s'attendre à son attaque. Et le blessé restait toujours sur la scène, tout vrai dur qu'il était il se relèverait sûrement, et restait un gros-bras qui la maîtriserait entre ses deux petits doigts.

Pour noircir le tableau, son Karnevale était très bien, mais les lianes n'en auraient que pour quelques minutes avant de sécher, et devenir plus facilement cassables. Vue l'épaisseur elles resteraient de bonne résistance, mais on avait quand même affaire à des gros pirates munis de couteaux, et il ne fallait pas prendre le risque de les sous-estimer. Sans oublié les assommés qui se réveilleraient un jour.

Ils devaient donc sortir de la pièce au plus vite avant que toutes leurs actions n'eussent été vaines.

Le blessé à terre, celui au cure-dents -ironie ironie- s'imposait comme incontestable priorité. L'oiseau noir encore debout avait pris les devants en lui saisissant les cheveux et tirant de toutes ses forces. Aurelle ne savait pas trop quel était le plan -si plan il y avait- mais n'hésita pas longtemps avant de profiter qu'il fut privée de la vue pour fixer une liane tendue entre les deux murs, au niveau des mollets du type. L'effet ne manqua pas et il s'écroula en arrière, heurtant violemment sa tête contre le plancher. La fleuriste posa alors son pied sur la garde avant que son détenteur ne comprenne ce qu'il s'était passé et la fit glisser plus loin, mais ce même pied fut saisi par la brute qui en avait visiblement vu bien d'autres et fut tiré en arrière si fort qu'elle vola et s'écrasa au sol à son tour.

La jeune femme se redressa aussitôt, constatant silencieusement la tache de sang sur le bois. Ah bah forcément, elle n'avait rien anticipé et son nez avait tout pris. Ça faisait mal, mais le plus important était que son adversaire ne remette pas la main sur le sabre ou elle pouvait être sûre qu'elle y passait la première, et ce serait autrement plus de sang qui s'infiltrerait entre les planches si-vous-voyez-ce-que-je-veux-dire.

Puisqu'il ne la regardait pas, le bras étendu pour saisir son charmant couteau, elle entreprit l'idée folle de lancer deux lianes en même temps, de ses deux mains, une sur les jambes et l'autre sur le bras, et se concentra comme elle pouvait alors que le goût du sang s'immisçait entre ses lèvres, pour en finir le plus vite possible. Le pirate, sachant déjà ce qui se passait, saisit la liane inférieure de son bras inoccupé, et la fleuriste la fit repartir sur une autre branche, et puis beaucoup d'autres, si bien qu'une armée de bras verts s'abattit sur lui et l'enserrèrent définitivement, en faisant plusieurs fois le tour du bonhomme.

Lui, c'était fait.

La jeune femme put enfin souffler et -accessoirement- s'essuyer le visage. Pourquoi les nez étaient-ils si fragiles. Éprouvée, elle se retourna pour voir où les autres en étaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://runamei.tumblr.com/
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Event] An Army Lying in Wait   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Event] An Army Lying in Wait

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Karnevale Avenue :: Le Panchock-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit