Karnevale Avenue

blblbl
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 [Terminé]Entre théorie et pratique [PV The Mad']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


MessageSujet: [Terminé]Entre théorie et pratique [PV The Mad']   Mar 26 Juin - 0:52


    La nuit se voulait délicate et nébuleuse. Le ciel, parsemé d'étoiles endormies, éclairait au possible les dunes éparses du désert. Rien de tel qu'une bonne foulée dans la nuit, au cœur des vagues de sable. Le vent domptait le galop fougueux du cheval sur lequel se dressait une femme aux cheveux d'argent. Pandore, mi recourbée sur l'encolure de la bête, pouvait alors sentir toute la puissance de cette balade, ou plutôt missive. Après avoir poussé une gueulante auprès de ses généraux, elle s'était vue promise à une attention qu'elle désirait : une mission autre que celle de servir de simple larbin de la ville. Enfin la voilà libre, galopant au grès des courbures des dunes, virevoltant le long de ce ciel qui touchait la terre. La fraîcheur du soir était agréable, mais aussi dangereuse. Les malfrats et les bêtes sauvages avaient l'habitude de roder à cette heure avancée de la journée. Il n'était pas rare de croiser du regard des pupilles sauvages, furtives, d'un rouge carnassier. L'essentiel était de rester discret, se fondre dans ce décor archaïque.

    Après son épopée infructueuse à Almancar, Pandore n'avait qu'une idée en tête, se racheter. La fierté, l'honneur, le bon vouloir, bien trop de choses qui la poussaient, une fois de plus, à accourir vers l'inconnu pourtant si peu accueillant. Alzen, cette ville née de la science, tuée par celle-ci, renait désormais sous le nom de la nouvelle Alzen. Pas très original pour sur, mais les rumeurs n'avaient de cesse de vanter les mérites de cette renaissance. Ignorant les quelques jargons qu'elle aurait bien pu recevoir, l'Opalienne sauta au sol, saisissant les rênes du cheval d'une poignée ferme. La voilà engagée dans la foret d'Orphée, qui portait bien son nom. Pas un bruit, pas un grognement. Comme si les bêtes se faisaient muettes, comme si elles le pouvaient.

    Enfin la forteresse décida de se montrer. La frêle lueur lunaire suffisait à montrer à quel point cette ville était structurée. Des murs parfaitement lisses, des architectures réfléchies, un cercle parfaitement dessiné. Officiellement, Pandore était une jeune femme assoiffée de découverte, officieusement, elle devait enquêter sur de récentes découvertes scientifiques, qu'elles soient encourageantes ou non. Sa destination était bien évidement l'institut, qui regorgeait de laboratoire en tous genre et de savants (fous?). S'y faufiler n'était pas chose aisée, mais la nuit serait son alliée. Ses muscles également, puisqu'elle fut contrainte d'escalader pour franchir une première porte gardée. L'intérieur était immense, spacieux, parfait. Étonnant, elle qui s'attendait à des égouts et à de la crasse à n'en plus finir, les clichés étaient décidément à revoir.

    Et la voilà repartie pour quelques galipettes, des acrobaties qui la mèneraient tout droit à ce qu'elle désirait. Une salle plus petite, étroite, où s'alignaient une bonne dizaines de blouses blanches. Sans plus réfléchir, elle se vêtit de l'une d'entre elle et poursuivit son expédition. Des voix masculines la surprirent, et elle fut contraint de se jeter la tête la première dans la salle la plus proche.

    Bingo, la voilà nez à nez avec une bonne dizaine de tables aussi longues que larges, toutes décorées de magnifiques ornements. Fioles, tasses, tubes, choses étranges, colorées. C'était plutôt appréciable à regarder. Sa curiosité la mena à toucher l'une des composantes. Erreur, sa maladresse lui fit perdre prise, et voilà le verre d'une première lotion qui se brisait contre celui d'une autre. Une jolie fumée grisâtre puis blanche s'en émana, alors que Pandore restait plantée devant la scène, incapable et blasée

    –  … Eh merde 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The Mad Savant
NOUVELLE ALZEN

♦ Messages : 99
♦ Messages RP : 22
♦ Inscription le : 23/06/2012
♠ Humeur : casse geule
♠ Emploi : Chercheur (FNRS >.<)
♠ Karnevale : j'aime bien celui de Venise, mais celui de Rio est vraiment bien.

MessageSujet: Re: [Terminé]Entre théorie et pratique [PV The Mad']   Mar 26 Juin - 10:04

La journée n'avait été guère clémente avec le savant. Dès le matin il dut faire face à un manque d'ingrédients qui le poussèrent à descendre aux étages inférieurs à une heure ingrate de la journée. Il n'avait jamais été doué pour les courbettes ainsi il s'abstint d'en faire devant les personnes qui travaillaient là. Ces derniers par contre s'inclinaient respectueusement à sa rencontre faisant marque de respect. Seulement dans son dos ils tergiversaient sur la santé de son esprit ou encore sur son apparence des plus étranges. Le personnel le plus récent le regardait avec surprise et lorsqu'ils tentaient de l'approcher les seniors les en empêchaient leur expliquant qu'il valait mieux ne pas le côtoyer à moins de désirer terminer sur une table de dissection. Mad marchait donc sans faire attention à ce qui l'entourait, criant à voix haute que ces pseudo-scientifique n'avait rien à faire là. Les chercheurs étaient habitués maintenant, Maddy ne cachait rien et ne parlait que pour lui. Si vous ne vouliez pas l'entendre vous n'aviez qu'à pas vous retrouver sur son chemin. Il disait ce qui lui passait par la tête comme s'il l'énonçait dans son esprit, preuve de sa folie ou simple stratagème pour exprimer son mécontentement ? Personne ne le savait vraiment, tout ce qui occupait leur esprit était d'éviter la route du directeur.

Le plein des ingrédients faits, le savant retourna dans son laboratoire et plus personne ne le vit de la journée. Cela n'avait rien d'étonnant, il y restait toujours une éternité comme si son seul monde se résumait à cette immense pièce. Au sein de celle-ci il y faisait les expériences les plus folles, mais bon nombre d'entre elles donnèrent naissance à la technologie Alzénienne et Sphérienne en général. Bien des avancées médicales et technologiques naquirent de ses mains, seulement personne ne le savait vraiment et le Mad n'en avait rien à faire. La notoriété ne l'intéressait pas, tout ce qu'il désirait c'était qu'on reste en dehors de ses affaires. La journée cependant lui réserva d'autres surprises. Alors qu'il était en train d'analyser un cerveau qu'on lui avait ramené, l'une des colonies de bactéries qu'il avait rangées dans un réfrigérateur par on ne savait quel élan de son cerveau, explosa dans l'immense boite blanche. Bien que la réaction, des plus étranges, intriguait grandement le scientifique, le fait de perdre son réfrigérateur ainsi le rendait encore plus à fleur de peau que ce matin. Il allait devoir en commander un nouveau, ce qui signifiait redescendre. Dégoûté par cette idée, il envoya une missive via l'un des pots d'aspiration qui connectait son labo à certaines pièces de l'institut.

Tout se passa relativement bien jusqu'au soir. Il restait que fort peu de scientifiques au sein de l'institut, mais le savant, dormant dans son laboratoire, ne quittait jamais vraiment les lieux. Ce qu'il trouva dans son laboratoire ce soir-là fut la goutte qui fit déborder le vase. Une femme insouciante s'était introduite dans sa demeure, observant ses créations et expérimentation en toute impunité. La jeune femme, aux cheveux dorés, n'avaient toujours pas remarqué le scientifique qui la regardait avec ses yeux qui devenaient de plus en plus globuleux de rage. Elle s'approcha d'une des tables de l'immense labo et prit une fiole. Maddy accourut alors, mais il ne put stopper la catastrophe, elle lâcha malencontreusement la fiole qui vint percuter une seconde ce qui créa une réaction standard sans grande importance. Le savant se tenait à quelques mètres les mains en avant le visage figé sur une expression de surprise. Elle avait réussi à le mettre en rogne, après la journée qui venait de s'écouler il s'agissait de tout ce qui ne fallait pas faire. Il se rendit à toute vitesse vers la table et y posa ses mains avec force, le bruit retentit dans tout le laboratoire. Elle put alors voir le visage remplit de haine du scientifique qui la regardait de haut.


Spoiler:
 


Envy Revealed ~ Adagio - Fullmetal ALchemist Brotherhood OST 3

Mad : Vous avez fait une grave erreur gamine, UNE GRAVE ERREUR. Vous pensez que vous pourrez vous en sortir impunément ainsi, APRÈS ÊTRE ENTRÉ DAN MON LABORATOIRE et sans permission en plus. PERSONNE ne rentre dans MON LABORATOIRE. Vous attisez une colère que vous ne voulez pas voir s'épancher sur vous. Vous n'avez aucune idée de ce que je peux faire et après ce que vous avez fait sachez que vous ne sortirez pas de cet endroit en un seul morceau. Un bras ne serait pas assez pour payer cet affront. Que vais-je faire de vous, comment allez-vous payer votre intrusion dans MON LABORATOIRE. Tiens je n'ai plus disséqué une vrai personne depuis un baille, il est temps de me remettre à la pratique. Venez donc là je vous assure que cela fera énormément mal. EH QUOI, VOUS NE RÉPONDEZ PAS, LE GRAND MÉCHANT SCIENTIFIQUE A VOLÉ VOTRE LANGUE !

De toute évidence, Maddy l'avait mal pris, très mal pris. Ce n'était pas le moment pour la jeune femme de faire un faux pas. Elle allait devoir faire très attention à ce qu'elle allait dire de façon à ne pas provoquer une nouvelle fois l'ire du savant qui ne semblait pas près à reprendre son calme. Elle était entrée dans la mauvaise salle et allait devoir en payer le prix.



Maddy Approuved


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


MessageSujet: Re: [Terminé]Entre théorie et pratique [PV The Mad']   Mar 26 Juin - 10:48

    Des dents dorées et immenses, un visage à l'allure zombiesque, décoré de ce qu'on aurait pu appeler un casque à bosses. Des yeux globuleux, presque aussi énormes que la moumoute qui lui servait de chevelure. Voila à présent ce à quoi Pandore faisait face. Il (ou cette chose?) devait sans nulles doutes être un scientifique. Mais son expression, son corps, même sa voix et sa colère intense, démontraient qu'avant d'être un chercheur, il était le fruit de recherche. Était-ce de la peau morte, du maquillage ? L'opalienne vacilla un instant, il fallait dire que la surprise était grande, se faire sermonner par un macchabée, c'était sa première fois. Son regard se détacha alors de l'être pour se poser sur les deux fioles brisées. La fumée avait disparu, et pas de trace d'alien mutant enragé..enfin presque. Plongée dans ses pensées, elle ne put s'empêcher de lâcher un murmure succin :

    – Alors les scientifiques maboules sont donc réalité 

    Aparté fait, elle confronta alors son regard à celui de l'enragé. Une colère si titanesque pour si peu ? Il y avait pourtant des fioles de partout, et donc, sûrement un double. Et même, imaginons que cette liqueur ait été la dernière, si ce savant l'avait fait une première fois, il pouvait très certainement la refaire. A quoi bon taper un scandale. La bouche de la soldate se mit à bouger :

    – Oui oui, désolée pour ça, mais vous savez.. 

    L'individu était instoppable dans ses jurons. Et la voilà identifiée au statut de cobaye, ce qui la fit froncer des sourcils. Elle, bétail de science ? Jamais. Croisant les bras sur sa poitrine, elle se rendit muette, libre d'analyser la situation. Cet énergumène paraissait sévèrement sadique, mais le plus grave était qu'il ait accès à un laboratoire alors qu'ils semblait prôner ses « goûts » et ses façons de faire. Pandore dépoussiéra alors la chemise qui n'était pas la sienne :

    –  Finir sur le billard ? Très peu pour moi. Je suis là parce qu'on me l'a demandé, et non parce que ce que ça me plaisait, s'empressa-t-elle de rétorquer, amère. En soit ce qu'elle disait était à moitié véridique. Pandore s'avisa de paraître calme. Au final, s'était elle qui était au cœur même de la gueule du loup, et elle devait faire son nécessaire pour s'y faire accepter. Si elle pouvait briser ce fou allié d'un coup de tête, elle le ferait sans hésitation, mais elle ne devait pas oublier sa quête. Les informations avant tout. Elle s'avança de nouveau, jusqu'à n'être qu'à une très faible distance du savant. Platonique, elle sortit un calepin et un stylo tout droit sortis de la poche droite de la blouse Coup de chance, celui-ci était déjà imprimé de toutes sortes de hiéroglyphes étranges et effrayants de part leur complexité. Tournant vite la page, elle poursuivit :

    – Je dois faire un rapport sur vos récentes recherches et analyses. Je supporterais même vos menaces s'il le faut. Je tiens à ressortir d'ici avec ma mission accomplie, et vivante également 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The Mad Savant
NOUVELLE ALZEN

♦ Messages : 99
♦ Messages RP : 22
♦ Inscription le : 23/06/2012
♠ Humeur : casse geule
♠ Emploi : Chercheur (FNRS >.<)
♠ Karnevale : j'aime bien celui de Venise, mais celui de Rio est vraiment bien.

MessageSujet: Re: [Terminé]Entre théorie et pratique [PV The Mad']   Mar 26 Juin - 12:57

La jeune femme ne sembla pas perde son sang froid et se releva calmement alors que la voix criarde du scientifique se faisait entendre dans tout le laboratoire. Au vu du visage étonné de l'intruse, elle ne semblait pas comprendre la réaction exagérée du savant. Une simple fiole, cela ne se limitait pas à cela. Le laboratoire n°5 était son domaine privé, sa maison, le lieux de toutes ses recherches. Le fait d'y entrer sans même avoir eu l'accord du chercheur représentait déjà un affront, mais touchez à ses affaires aussi insignifiantes soient-elles cela passait pour du viol. Jamais, au grand jamais il n'avait permis à qui que ce soit de toucher aux objets et substances présents dans son laboratoire. La jeune femme avait dépassé les limites acceptables pour Mad, si bien que sa colère n'était pas prête de s'apaiser. Non seulement elle se permettait de faire intrusion et d'user de ce qui ne lui appartenait pas, mais en plus elle avait le culot de l'insulter et d'inventer il ne savait quel mensonge. On lui avait demandé d'être là ? Autant il y avait des mensonges qui pouvaient passer, mais celui-là était le plus grotesque de tous. En tant que directeur, il avait lui même écrit une partie du règlement stipulant que le laboratoire n°5 était hors de portée et que quiconque y entrait encourait les risques, pouvant aller jusqu'à la mort. Personne n'osait entrer dans la sacrosainte pièce et toute personne qui savait ce qu'il y avait de bien pour lui ne s'incrusterait jamais en ce lieu.

Plus elle parlait, plus elle faisait mauvaise impression. De toute évidence elle ignorait à qui elle avait à faire et cela allait peut-être lui coûter la vie. Si le savant n'aimait pas qu'on rentre dans son antre, il lui était encore plus insupportable qu'on lui mente de la sorte. Elle ne s'arrêta pas là puisqu'elle prit les devant et s'avança vers Maddy. Sans douter un seul instant d'elle, la jeune femme sortit de sa poche un carnet et un stylo. D'un coup d'œil, le scientifique vit quelques inscriptions relatant une analyse sur un procédé de datation au potassium. Affiliant cela au travail des scientifiques du 5ème étage, la discordance des dires de la blonde avec le dit carnet confirma alors une nouvelle fois qu'elle mentait. Elle tenta ensuite de soutirer des informations au chercheur qui se voyait de plus en plus intenable. Il prit avec force le bras de la jeune femme et l'écarta de son sillage pour reprendre la parole.


Mad : Vous pourriez être le président de Sphéra que cela ne changerait rien au fait que vous vous êtes introduit dans MON LABORATOIRE et que de par ce fait je me réserve le droit de vie ou de mort sur votre personne. Personne ne rentre ici et tous les scientifiques de l'institut savent pertinemment qu'ils doivent éviter à tout prix ce lieux. De plus personne ne vous aurait envoyé chercher de quelconques informations vu qu'aucun chercheur de ces lieux ne vient remettre en question le travail du directeur, qui se trouve justement être moi-même. De plus si le dirigeant d'une ville vous a envoyé chercher des informations ils peuvent aller se torcher le c** ailleurs. Je n'ai rien à leur remettre et s'ils veulent quelque chose ils n'ont qu'à attendre que je veuille bien les recevoir, ce qui veut dire JAMAIS. Il n'y aucune information à tirer en ce lieu. Les seules choses qui sortent sont celles que je concède à faire sortir. Mais maintenant que vous êtes ici, peut-être devrais-je vous montrer quelques substances que j'aime utiliser durant mes expériences.

Il tira la jeune femme par le bras, elle ne sembla pas pouvoir se défaire de son emprise. Bien qu'il était fort étrange et que sa carrure ne semblait pas très impressionnante, il ne manquait pourtant pas de force. Il l'amena à une autre table où il prit un bocal qu'il présenta devant le faciès de la jeune blonde. Le liquide était translucide et d'une couleur violette. Il leva le récipient un peu plus haut que la tête de la femme, en la retenant toujours du bras.

Mad : Ceci est un acide très efficace qui me permet de purifier les tissus humains que j'utilise comme échantillon. Il n'est pas assez puissant que pour vous dissoudre, mais quelque centilitre et vous ne reverrez plus jamais vos cheveux de votre vie. De plus je ne donnerai pas chère de votre visage qui en serait totalement déformé. Il lâcha enfin la jeune femme de son emprise. Vous ne savez pas dans quelle misère vous vous êtes empêtré idiote. Alors nous allons reprendre voulez-vous. Ma journée a été longue et cette ire soudaine me fatigue grandement. Commencez par retirer cette blouse qui ne vous appartient pas, insecte. Ensuite vous userez de cette bouche qui vous a servi à sortir de si pitoyable mensonge pour me dire la vérité. Qui vous a envoyé et qu'est-ce que vous voulez. Vous feriez mieux de répondre, car j'ai d'autres bocaux avec des liquides que vous ne voulez pas que je teste sur vous. RÉPONDEZ et MAINTENANT.

Le savant sembla faire preuve de retenue et lui offrait une opportunité de sortir indemne de la salle, seulement elle allait devoir parler ou la sentence serait bien plus tragique.



Maddy Approuved


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


MessageSujet: Re: [Terminé]Entre théorie et pratique [PV The Mad']   Mar 26 Juin - 13:57



    Pfeuh, il fallait se l'avouer, Pandore et les mensonges, ça faisait deux. Sa stratégie avait beau être puérile, elle était pourtant celle qui l'empêchait d'utiliser sa principale force de conviction : ses poings. La fougueuse Opalienne, une femme colérique, voilà se qui se cachait derrière cette blouse blanche. Une fois de plus, l’énergumène reparti dans d'interminables monologues furieux. Il devait probablement être un ermite, qui ne vivait que pour ses recherches, ne quittant jamais les lieux. En deux ou trois phrases, il avait réussi à démembrer toute l'imposture de Pandore, pas très compliqué pour un intellect'. Non loin d'être idiote, Pandore était simplement beaucoup plus penchée vers les actes, plutôt que vers les paroles. C'était d'ailleurs ce qui la mettait le plus souvent en danger. Une étincelle jaillit du fond de ses prunelles azurées lorsqu'elle entendit le mot « directeur » sortir des lèvres crevassées de l'homme. Jackpot ou malchance, elle s'entretenait donc avec le génie du labo. Celui-ci ne se gêna pas et, en plus de l'incendier verbalement, il la saisit par le bras de ses mains rugueuses, l'entraînant sur le côté dans une rage démesurée. Les menaces n'en finissaient plus, il s'amusait à lui montrer ses œuvres, une telle lotion qui rongeait les « tissus humains », une autre qui était un acide dangereux. Sans le vouloir, il livrait de lui même quelques informations, bien que certainement anodines. Une ride de mécontentement se dessina petit à petit sur le front irrité de la jeune femme. N'en avait-il pas assez hurler ainsi ? Elle qui haïssait le bruit et le manque de respect, elle était servie.

    Se faire traiter d'idiote, « malmener physiquement » et vulgariser, ce fut trop pour la jeune soldate, qui explosa, lorsqu'on lui hurla dessus pour la énième fois. Bien que l'homme ait lâche prise sur elle, Pandore ne supportait pas son arrogance, et elle ne put retenir son toupet ordinaire :

    – Ne me hurlez PAS dessus ! , s'égosilla-t-elle, faisant presque trembler les instruments de chimies qui se trouvaient à côté d'elle. Ses yeux étaient embrasés, comme à leur habitude. Elle se défit alors de la blouse qui l'encombrait plus qu'autre chose d'un geste furibond, et la jeta sur la chaise la plus proche.

    – Ouais vous avez raison, c'est mieux comme ça ! Moi aussi ça me plaisait pas de porter ça.  

    La voilà dans sa tenue ordinaire, un simple habit d'un bleu océan, les courbes larges et souples, pour lui permettre une meilleure aisance au déplacement. L'allure d'une femme de bonne famille, trompeuse, totalement en contraste avec son caractère et son statut. Elle décida alors de s'asseoir, les poings serrés.

    – Votre méprise n'a d'égale que votre arrogance. Vous posez les questions alors que vous savez déjà les réponses. Et vous vous permettez en plus de me traiter de menteuse ? Je dis la vérité, et je la répète : Je viens chercher des informations sur vos recherches.  

    Un sourire scinda le faciès de Pandore, suivit d'un léger rictus – Qui m'envoie ? Tout le monde. Vous devriez le savoir, toutes vos expériences sont convoitées par ceux qui ne les possèdent pas  

    On ne pouvait faire plus honnête. Mais l'Opalienne savait qu'elle n'obtiendrais rien de la part du zombie dans de simples négociations. A cet instant présent, elle ne pouvait rien envisager d'autre qu'une querelle infinie suivie d'une confrontation. Jouer des poings ne l'ennuyait pas, mais elle ne pouvait en aucun cas mettre en danger sa nation, or se dresser contre la science d'Alzen, ce serait s'embringuer dans une querelle inter-village, pour le moment existante mais calme.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The Mad Savant
NOUVELLE ALZEN

♦ Messages : 99
♦ Messages RP : 22
♦ Inscription le : 23/06/2012
♠ Humeur : casse geule
♠ Emploi : Chercheur (FNRS >.<)
♠ Karnevale : j'aime bien celui de Venise, mais celui de Rio est vraiment bien.

MessageSujet: Re: [Terminé]Entre théorie et pratique [PV The Mad']   Mar 26 Juin - 15:12

La jeune femme avait du culot, on ne pouvait le nier. Réagir de façon aussi maîtrisée face au monstre qui se trouvait devant elle, qui ne cessait de lui crier dessus. Seulement voilà, il fallut qu'elle craque un peu. Elle se mit à son tour à hausser le ton de sa voix en réclamant un peu de calme au scientifique. Sa voix trahissait son énervement et ses yeux témoignaient de toute sa fougue. Le silence s'empara de la pièce quelques instants. Temps pendant lequel la blonde retira enfin la blouse qui semblait la gêner plus qu'autre chose. Dans un geste furibond, elle jeta la veste blanche sur une chaise métallique non loin. Elle laissa aller son sentiment de contentement et finit par s'asseoir sur la même chaise. Elle serrait les poings comme signe de sa frustration, pendant que Mad la regardait plus en détail. Elle avait du caractère, ce qui ne lui déplut pas. Se mesurer à lui pouvait parfois être dur, mais elle ne tressaillait pas. Sa tenue faisait penser à une fille de bonne famille. Seulement les coupes soigneusement larges et amples laissaient présager une autre possibilité, mais tenter de la prouver serait une perte de temps. Elle se reprit en main et répondit au chercheur. Selon ses dires, tout le monde l'envoyait. Les expériences du fou attiraient bien du monde, sans parler du fait qu'il était probablement l'un des seuls à posséder ce genre de technologie. On pouvait sentir dans ses paroles, mais aussi voir sur son visage une tentative habilement menée de flatterie. La colère du savant laissa alors place à de l'amusement. C'est alors qu'il se mit à éclater de rire.

Mad : Ha ha ha ha ha heu heu heu ha ha ha. Son rire était saccadé de toussotement rauque. Vous ne savez peut-être pas mentir, mais on dirait que votre langue est bien aiguisée. Après les élucubrations, la flatterie, voilà qui est amusant. Si j'étais prompt ce genre de vice, il y a bien longtemps que je vivrais à la vue de tous. Seulement cela ne m'intéresse pas, la notoriété c'est bon pour ceux en mal d'amour, quel mot détestable l'amour. Il fit un signe de dégoût tout en tirant la langue. Ah vous humains, usez toujours de tous les stratagèmes pour votre propre intérêt. Chaque jour me rend plus heureux de ne plus être comme vous. Soit, sur cette journée vous êtes la seule à m'avoir fait rire. Bien joué humaine. Vous avez du cran pour un insecte. Allons-bon, ne touchez plus à rien de cet pièce ou je vous taille en morceau ... Suivez-moi !

Le génie lui tourna le dos et se rendit au fond de la pièce où se trouvait un petit coffret avec des clefs. Il prie l'un des trousseaux puis se rendit auprès des tuyaux communicateurs. Il écrivit quelques mots sur un bout de papier et l'envoya par le tuyau numéro 4. La missive disparut instantanément parcourant les innombrables tuyauteries de l'institut. Pendant ce temps, le savant se dirigea vers une porte qu'il ouvrit à l'aide du trousseau de clef récemment récolté. Il jeta un bref regard derrière lui et fit un signe de la main pour pousser la jeune femme à le suivre plus bas. La porte menait donc à un escalier qui descendait. Celui-ci n'était pas très long, une minute à peine suffit pour atteindre l'autre bout. Ils arrivèrent dans une petite pièce rectangulaire donnant sur une immense porte en métal qui prenait presque l'entièreté d'un des murs. Quelques secondes plus tard, deux assistants rentrèrent dans la pièce par une porte se situant à gauche du scientifique et de la jeune femme. Les deux hommes vinrent se placer de part et d'autre du rond métallique. Ils posèrent leur main sur le mur et une lueur verte vint scanner leur empreinte. Tout de suite après deux panneaux sortirent du mur avec, pour chaque panneau, une serrure dans laquelle les assistants mirent leur clef respectif. Ils comptèrent de façon synchronisée jusqu'à trois et tournèrent chacun leur clef. La jeune femme put alors entendre de bruits étouffés résonner. Il s'agissait des dizaines de cylindres métalliques qui abandonnaient l'immense porte. Ensuite dans un vacarme d'enfer la porte s'ouvrit laissant place à une salle qui ne semblait pas avoir de limites et remplit d'étagères.

Mad : Vous ne touchez à rien, vous prenez ce que je vous donne et rien d'autre. Il se mit à marcher en conviant son invité. Il prit un premier petit récipient et le lança par-dessus son épaule de façon à ce qu'elle puisse le rattraper. Il s'agit d'une pommade cicatrisante, pratique contre les blessures superficiels et peu profondes. Cela les fait disparaître en moins d'une minute. Si la blessure est plus important, placez la pommade et elle évitera les infections et accélèrera le processus de guérison. Vous êtes une combattante, cela devrait vous être utile. Il s'arrêta à une autre étagère et prit un sac. Dans ce sac il y a trois substances différentes. Une rouge, une blanche et une bleu. Versez la blanche sur un mur, mélangez les deux autres, reculez à un mètre et envoyez le mélange sur le mur. Celui-ci devrait disparaître. Efficace pour un mur de maximum deux mètres d'épaisseur. Il se remit à marcher et prit un dernier bocal. Ah, vous allez adorer celui-ci. A l'intérieur, se trouvait cinq petites billes de couleur ténébreuse. Jetez ça sur une parois en métal et celle-ci se désagrège. Seulement la parois ne dois pas faire plus de 2 centimètre d'épaisseur. Pratique quand on veut sortit d'une cellule de prison. Voilà, vous n'aurez rien d'autre.

Maddy la poussa vers l'extérieur de la salle. Une fois de retour dans la petite salle rectangulaire, les assistants refermèrent la porte. Pendant ce temps, le scientifique regarda la jeune femme attendant une quelconque réaction. Quelques minutes passées, il reprit la parole.

Mad : Bien, ne me faites plus perdre mon temps. Je vais vous raccompagner à l'extérieur.



Maddy Approuved


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


MessageSujet: Re: [Terminé]Entre théorie et pratique [PV The Mad']   Mar 26 Juin - 16:12

    Le rire du sadique était encore plus effrayant que son sale caractère. Saccadé, alternant entre les aigus et les graves, déchirant un visage déjà amoché. Il fini enfin par calmer ses pulsions et vanta les mérites de son comportement. De la flatterie ? Il y avait erreur, si il y avait bien une chose que Pandore ne supportait pas, c'était la lèche. Cette incompréhension fut balayée par le comportement toujours plus abusif du scientifique. Il l'appelait humaine ? Plus encore, il parlait des « humains » et de « lui ». Il se séparait lui même de cette catégorie. C'était naïf de sa part de penser qu'il n'en était plus un, et cela valut un léger sourire à la jeune femme. Ne bronchant mot, elle se contenta de suivre du regard la trajectoire de l'individu. Il enchaîna plusieurs mouvements brefs, tout en lui interdisant de toucher à quoi que ce soit de plus. Ce laboratoire paraissait bien précieux à ses yeux, l’emmenait-il volontairement ailleurs ?

    Méfiante, elle décida cependant de coopérer en longeant un couloir bien trop sombre à son goût. La sécurité était renforcée, et pourtant, aucun des deux gardes ne se jeta sur elle. Elle avait réussi à gratter le « pass directeur » pour cette fois, mais pour combien de temps, et à quel prix. Sans vraiment s'en rendre compte, elle se retrouva dans une pièce isolée, fraîche, qu contenait bon nombre d'objets divers. Elle reçu coup sur coup trois pochettes contenant chacune des baumes ou lotions chimiques. Se soigner en une minute ? Pulvériser un mur ? Exploser des parois ? Autant de choses qu'elle ne connaissait pas et surtout ne comprenait pas. A vrai dire, depuis l'apparition des Karnevales, elle ne comprenait plus vraiment le monde. Pandore brandit l'une des pastilles couleur obsidienne. Elle leva celle-ci en l'air, faisant briller les contours de la sphère grâce à l'éclairage de la salle. Ce sourire qu'elle portait lorsqu'elle appréciait un moment se dessina à nouveau

    – ..Fascinant. 

    Mais celui-ci fut bref. Le poing de la demoiselle se resserra et enfoui ses trouvailles dans un même sac qu'elle harnacha à sa taille. Ses prunelles s'assombrirent, elle allait s'engager dans la partie la plus délicate de la mission.

    –  C'est bien aimable à vous, mais vous connaissez les « humains », vous leur donnez la main, ils vous prennent le bras tout entier. 

    Ses yeux se dévièrent vers la sortie, et aussi la porte qui menait jusqu'au laboratoire.

    – Malheureusement je réponds à cette expression, et je suis bien plus intriguée par ce qui se trouvait en haut.  

    Sans perdre une seconde de plus. Elle mit à l’œuvre ses talents les plus surs : Sa souplesse et sa rapidité. Sa foulée était telle que les deux gardes n'eurent même pas le temps de réagir. La voilà donc qui grimpait les marches avec velléité et fougue.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The Mad Savant
NOUVELLE ALZEN

♦ Messages : 99
♦ Messages RP : 22
♦ Inscription le : 23/06/2012
♠ Humeur : casse geule
♠ Emploi : Chercheur (FNRS >.<)
♠ Karnevale : j'aime bien celui de Venise, mais celui de Rio est vraiment bien.

MessageSujet: Re: [Terminé]Entre théorie et pratique [PV The Mad']   Mar 26 Juin - 17:09

[HRP : Je m'excuse un peu, je fais genre je t'ai devancé, mais bon je peux pas me permettre de te laisser prendre des trucs du labo, donc sorry. A la fin je me suis permis de te faire reculer de façon à esquiver mon attaque, j'espère que tu me pardonneras ce faux pas de ma part.]

Le savant aurait aimé que le choses se soient passées autrement. Il savait pertinemment comment était les hommes. Ils vivaient sous un voile de bonté et de compassion alors que tous leurs actes étaient dominés par l'égocentrisme et la mégalomanie. Mad ne pouvait pas vraiment dire qu'il n'était plus égocentrique, mais au moins il se permettait de le dire à haute voix au lieu de la cacher sous l'excuse d'un " acte désintéressé ". Il n'existait pas en ce lieu d'acte désintéressé. L'homme vivait pour lui et uniquement lui-même. Cela était une certitude que le savant avait acquis au fil des nombreuses années de son existence. Il finit même par se dire qu'il ne s'isolait pas dans son laboratoire juste pour ses expériences, mais aussi pour éviter de voir ces vermines se piétiner dessus pour une quête illusoire de pouvoir. Les humains n'avaient rien d'intéressants, leurs motivations permettaient souvent de comprendre la façon dont ils fonctionnaient. C'est ainsi que le scientifique ne fut pas très surpris de voir la jeune femme remonter les escaliers. Il laissa alors un soupir s'échapper de sa bouche et tout en restant immobile repris la parole.

Mad : Est-ce que vous avez bien reçu mon message ?

Assistant 1 : Oui monsieur, nous l'avons transmis.

Assistant 2 : A l'heure actuelle toutes vos expériences en cours et terminées ainsi que vos notes sont sous scellés dans le coffre de votre cellule, monsieur.

Mad : Il fallait que je réaménage le laboratoire de toute façon. Pour reconstruire il faut d'abord le détruire.

Le chercheur se mit à son tour à monter les marches qui séparaient la salle classée de la pièce du dessus. Il ne courut pas, mais arriva assez vite. Une fois dans le laboratoire, il put voir son invité au milieu de la salle qui se trouvait vide de toutes substances, cahiers ou matériels scientifiques. Tout ce qui restait furent les tables, les chaises, les instruments chirurgicaux, les lavabos et autres installations qui ne pouvaient être bouger. Maddy ferma alors la porte derrière lui, retirant la clef puis se tourna vers la blonde en haussant les épaules comme pour dire, " c'est bête ".

Mad : Je me disais bien que quelque chose du genre arriverait. Je n'aime pas qu'on se joue de moi, même si en fait je me suis plus joué de toi, mais bon. Cela ne veut pas dire que je te pardonne pour autant. Il se mit alors à marcher vers une armoire. Tu as pénétré par deux fois mon laboratoire. Ce qui veut dire que je ne suis vraiment, vraiment, vraiment pas content. Il est temps que je te dépèce en petit morceaux. Je manquais de pièces détachées justement.

Un grand sourire commença à germer sur le visage du savant pendant qu'il ouvrait l'armoire d'où il sortit un sabre. Il l'accrocha alors à sa ceinture, le présentant face à lui, au niveau du torse si bien qu'on eut l'impression que cela lui faisait une troisième jambe. Toujours tout sourire, il prit de sa main droite le pommeau du sabre. Tandis que de sa main gauche il s'apprêta à faire un tour de magie. Il présenta sa main ouverte paume vers son adversaire, puis d'un mouvement rapide ferma la main et la rouvrit. Entre ses doigts se tenaient quatre billes de couleur différentes.

Mad : Sais-tu de combien de pourcent de son cerveau l'humain normale utilise ? Entre 10 et 15 % de sa totalité. Ce n'est pas vraiment énorme, mais vous restez apparemment la race la plus intelligente qui soit. En ce qui me concerne j'utilise à peu 30/35 % de mon cerveau. Il me permet de faire plusieurs tâches à la fois, de comparé mes propres résultats et de réfléchir bien plus vite que la moyenne, mais cela reste peu. Ces petits bijoux dans ma main, permettent de stimuler des zones précises du cerveau et avec elles de réveiller des capacités endormies. Tu veux voir ?

Le scientifique referma sa main et lança une bille, celle-ci était de couleur rouge. Elle plana une seconde dans l'air puis retomba doucement. Lorsqu'elle arriva au niveau du faciès du savant, il l'avala la tête penchée vers la gauche son grand sourire toujours présent. Les autres billes avaient disparu de sa main, alors que la droite qui tenait toujours le pommeau se mit en mouvement. Il leva doucement la lame perpendiculairement au sol en passant le sabre à côté de son visage toujours penché sur le côté. D'un coup sec, il plaça le sabre à sa droite puis redressa sa tête. En un instant il avait quitté sa place et se dirigeait vers la jeune femme à une vitesse hallucinante. D'un coup sec de son sabre il fit une attaque verticale qui vint percuter le sol provoquant un léger cratère. Puis d'un mouvement toujours aussi rapide, il enchaina par une attaque horizontale vers la blonde qui semblait avoir reculé. Le savant continuait de sourire et se mit alors à ricaner.

Mad : Hihihihi ... La bille rouge me permet de bien mieux maîtriser mes muscles. Je peux les utiliser à leur plus grand potentiel, améliorant ma force et ma vitesse de déplacement ... Bien quel membre vais-je bien pouvoir te prendre en premier ?



Maddy Approuved


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


MessageSujet: Re: [Terminé]Entre théorie et pratique [PV The Mad']   Mar 26 Juin - 17:40

    Elle avait bel et bien été dupée. Le laboratoire était vide, plus rien. Pandore fronça les sourcils et frappa de sa paume la table blanche à moitié renversée. Petits malins, ils étaient rapides, plus rapides qu'elle n'avait su l'être. Rapidement rattrapée par le directeur, Pandore fit volte face. Il semblait amusé de la voir ainsi, ridiculisée de ne pouvoir s'enrichir de quelques savoirs et idées neuves. Il referma la porte derrière lui, ce qui fit sourciller l'Opalienne. Quoi ? Il voulait se battre, lui, un chercheur avec une combattante comme elle ? Mauvaise idée. L'idée ne déplaisait pas à Pandore de lui mettre une raclée, mais elle devait penser stratégie avant tout. En effet elle était cernée, enfermée dans une pièce vide. Pas très avantageux pour une femme qui se basait sur sa furtivité. Le macchabée sorti alors un katana et des sortes de billes aux coloris divers. Il expliqua leurs effets. Cela valu la réapparition de la flamme de curiosité dans les prunelles de la soldate. Sans perdre plus de temps, il avala une des perle et grogna avant de disparaître littéralement du champs de vision de la guerrière.

    Quoi ? Elle ? Perdre de vue un ennemi, impossible. Un son strident lui transperça l’ouïe et, à la manière d'une sauvage, elle se recula furtivement au bon vouloir de son instinct. L'épée fila sous son nez à la manière d'un coup de vent, et brutalisa avec puissance le sol. Si son intuition lui avait évité d'être tranchée en deux, sa vue, elle, semblait l'avoir trahie. Elle n'avait pas réussi à le suivre, et la surprise n'avait pas arrangé la chose. Ces perles colorées, décidément, égaillaient un intérêt tout particulier de Pandore.

    Cette fois-ci concentrée, elle put voir la brillante lame se rediriger vers elle. Elle se munit alors de ses dagues favorites, prête à parer. [Dagues] Le coup qu'elle recu fut violent et redoutable. Elle réussit à le contrer en croisant ses dagues, mais la force de l'individu était bien trop grande pour que son corps chétif y résiste. Par réflexe, elle se dégagea sur le côté, propulsée en arrière, glissant sur un bon demi mètre avant de se stopper sur un mur. Ses bras se raidirent, douloureux, son dos également. C'était monstrueusement intriguant.

    – Voila qui semble plus intéressant !

    Pandore s'arracha de sa position et accourut avec toute la force que ses jambes pouvaient lui procurer. Elle commençait à prendre goût à cet affront. Si sa force n' égalait pas celle de l'autre, elle avait plus d'un revers en manche. Sa souplesse fut lancée, la voilà dansante, virevoltant légèrement, de droite à gauche. Elle n'attaquait pas de front, mais sur les côtés. Tantôt elle jetait son bras en avant, visant la gorge ou le pouce, tantôt c'était ses jambes qui se balançaient avec aisance à la verticale. Les échanges de coups et de parades furent nombreux, à chaque fois plus forts et plus vigoureux. Enfin, elle bondit, flottant dans les airs, dominant son ennemi. Elle visait la tête, si elle le pouvait, elle lui crèverait les yeux.


HRP : J'ai fais court, pour éviter d'avoir à faire agir ton personnage ^^ Et pas de soucis pour le reste, c'est normal
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The Mad Savant
NOUVELLE ALZEN

♦ Messages : 99
♦ Messages RP : 22
♦ Inscription le : 23/06/2012
♠ Humeur : casse geule
♠ Emploi : Chercheur (FNRS >.<)
♠ Karnevale : j'aime bien celui de Venise, mais celui de Rio est vraiment bien.

MessageSujet: Re: [Terminé]Entre théorie et pratique [PV The Mad']   Mar 26 Juin - 18:37

Bien que sa force avait considérablement augmentée, cela ne faisait pas du savant un vrai combattant pour autant. Les pilules lui permettaient certes de mieux se défendre, mais l'art du combat était quelque chose que l'on cultivait par des exercices réguliers. Les gens d'Opale le savait pertinemment, cela était probablement la raison de leur force militaire. Les gladiateurs opaliens étaient réputés pour leur force et leur bravoure. L'armée d'Opale faisait trembler bien des combattants. Cette expérience du combat, la jeune femme semblait la partager. Le scientifique se voyait en mauvaise posture malgré l'aide de ses petites boules miracles. L'agilité et les réflexes n'étaient pas son point fort. Après tout il se trouvait être un savant qui passait ses journées dans son laboratoire.

Cette petite danse semblait pourtant l'amuser. Esquivant in extremis les attaques de son adversaire, encaissant ces coups de plus en plus vigoureux et précis. Tantôt il levait son bras droit pour recevoir le coup, tantôt il reculait pour éviter la lame de son ennemi. Elle semblait prendre goût à cela et son visage rayonnait comme il n'avait pas rayonné depuis le début de leur rencontre. Elle devait se sentir plus vivante que jamais. Une sensation que Mad connaissait bien. Sa vrai nature le poussait sans cesse à faire des recherches et des expériences et le plaisir n'était là que lorsqu'il faisait cela. Il comparait ce sentiment à l'excitation du moment. De toute évidence il allait devoir faire attention. La fougueuse blonde aux yeux ardents ne comptaient pas se laisser faire et démontrait tout son savoir martiale. Alors qu'il venait d'encaisser difficilement la dernière offensive, elle se lança dans les airs prête à déferler une nouvelle offensive encore plus précise et déterminée. Elle se dirigeait irrémédiablement vers les yeux du savant qui dut réagir vite. Il fit basculer sa tête en arrière et tenta de dévier de la trajectoire. Il ne put avorter l'attaque fulgurante de la combattante aguerrie et se retrouva avec une belle coupure qui lui barrait son œil gauche. Il recula assez loin et tâtonna la blessure sans témoigner une once de douleur. Le sang coulait le long de son visage et de sa langue il racla la coulée pourpre. Puis il reprit son sourire et présenta sa main gauche qui tenait cette fois-ci une bille de couleur verte.


Mad : Il est temps de faire un peu de magie. L'œil est encore en état de fonctionnement et la blessure est légère. La situation parfaite pour témoigner de l'efficience de cette pilule.

Il lança la bille vers sa bouche. A peine l'eut-il avalée que la plaie barrant son oeil se mit à se refermer petit à petit. Il ne fallu pas plus de quatre seconde à la coupure pour être complètement colmatée. Quelques secondes plus tard il rouvrit son oeil comme si rien ne s'était passé. Selon ses dires cela avait été possible seulement parce que la blessure n'était pas profonde et que l'organe visuel fonctionnait encore. Quand bien même, cela était une prouesse médicale. Il se remit en garde et ricana à nouveau puis tomba dans un grand fou rire.

Mad : Ha ha ha ha ha heu heu heu shit. Voilà qui semble de plus en plus intéressant. Je ne m'étais donc pas trompé en supposant que vous étiez une combattante. Cela devrait m'être profitable, les muscles des soldats sont mieux entretenues, il est plus facile de les sortir du corps intacte. Bon reprenons.

Sans attendre sa réaction, Mad accourut vers la combattante. Il se courba et donna un puissant coup de poing au niveau du ventre. Sans même attendre de savoir si elle avait subi des dégâts ou non, il donna un grand coup d'épée verticale. La lame finit encore une fois par percuter le sol soulevant un écran de fumée. Il profita de l'occasion pour tourner sur lui-même la lame placer horizontalement de façon à se protéger à 360° puis il fit quelques pas en arrière pour sortir de l'épais nuage de poussière. Une fois en dehors, il prit l'une des tables en métal du laboratoire et usa de toute sa force pour l'envoyer dans l'amas de poussière. Une seconde plus tard un son lourd se fit entendre, probablement la retombée de l'objet métallique. Mad regarda le nuage sans rien voir, finissant même par se demander si elle était encore en vie.

Mad : Toujours vivante ? Si ton visage est en sang ce n'est pas grave ! Je n'en ai pas besoin de toute façon. Ma priorité ce sont tes bras et tes jambes ... oh et ton cerveau aussi. Alors veille à ne pas trop les endommager.

[HRP : Si tu as une stratégie en tête qui nécessite que Maddy bouge, n'hésite pas. Tu as mon accord pour le faire attaquer ou esquiver comme il te plaira. Si cela te facilite les choses, tant mieux ^^]



Maddy Approuved


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


MessageSujet: Re: [Terminé]Entre théorie et pratique [PV The Mad']   Mar 26 Juin - 19:39

    La rafale de coups qu'avait lancé Pandore avait réussi à percer la défense de l'ennemi. La preuve se lisait sur ses traits plus serrés, et sur sa tempe ensanglantée. Malheureusement, l’œil restait intact et sa santé également. Le sang qui s'écoulait était cependant gênant pour la vue, et avec de la chance, il serait déséquilibré. Pandore soupira lorsqu'elle vit le directeur avaler une autre des pilules, allait-il se transformer en monstre vert, cette fois ? Par chance, ou par malchance, cette perle semblait juste consister à soigner les blessures, puisque l’arcade du scientifique se referma aussi vite qu'elle avait été ouverte. L'opalienne fit une moue de mécontentement ;

    – N’espérez rien de moi. Vous parlez de me prendre mes muscles, mais ne voyez vous pas que les miens sont très peu développés ?

    Et oui, en plus d'être un femme, Pandore était chétive comme pas deux. Comment un zombie ou un Frank Einstein pourrait-il supporter son poids avec des muscles qui caractérisaient une gringalette d'un mètre 60 à peine.
    La Ludwing était désormais insatiable, ses pulsions reprendraient vite le dessus. Elle fut vite englobée par une volonté unique, crever ce carnassier qui l'ennuyait. Un poing arriva alors à une vitesse furibonde, se plantant directement au creux du ventre de l'Opalienne. Pandore fut projetée en arrière dans un élan fou, crachant son souffle avec rage. A terre pour la première fois, elle se jeta ensuite sur le côté pour éviter la lame qui plongeait sur elle. L'écran de fumée qui se créa lui permit de reculer, dans un effort certain. Ses côtes étaient douloureuses, son estomac retourné, ses intestins déboussolés. La douleur, joyeuse amie, s'empara du corps tout entier de la femme. Elle put se relever en s'appuyant contre une table, crachant au passage quelques gouttelettes de son sang qui remontait. Soudain une table apparut droit face à elle. Serrant une fois de plus un poing usé par le combat, elle le lança pile au centre du projectile, et, dans un cris de rage, le brisa. Sa main écorchée retomba, lâchant la dague qui la protégeait.

    Durant une quart de seconde, Pandore eut une absence. Une absence qui ne lui fit pas plaisir. La fumée était retombée, et elle pouvait voir que l'individu, encore intact, la regardait avec mépris. Elle se tenait droit, fière, désavantagée. Elle avait déjà vécu pire, mais elle s'épuisait vite, elle devait donc vite en finir, avant qu'autre chose ne régisse ses actions..

    Dans un nouvel élan, elle se muni d'aiguilles aiguisées. De son pied elle propulsa une table qui glissa jusqu'à l'ennemi. Elle repartit ensuite dans sa course. Sa main meurtrie jeta les aiguilles, qui visaient les points vitaux comme la gorge, la nuque, le cœur. Son autre main, à l'aide de la dague, s'affairait à couper et découper les membres du chercheur. Elle allait le vider de son sang, l'épuiser, l'affaiblir et le remettre à son niveau. Plus que tout elle voulait le déstabiliser, car à ce stade, toutes les stratégies étaient permises. Finalement, les deux se retrouvèrent face à face, aussi enragés l'un que l'autre. Le premier brandit son katana, l'autre sa dague. Tandis que Pandore avait stoppé l'arme ennemie de sa main, le savant lui, stoppa la dague de la même façon. Tout deux se mirent alors à saigner de leur main qui servait de bouclier. Pandore émit un rire moqueur, intransigeant. Elle scrutait maintenant le directeur droit dans les yeux, les paupières rieuses :

    – Vous voyez, nous saignons pareil, comme les humains le font.

    Oh il n'allait pas apprécier, cela était sur. Mais il suffisait d'une colère trop folle pour faire perdre la rigueur d'un combattant, et donc, toute sa dextérité.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The Mad Savant
NOUVELLE ALZEN

♦ Messages : 99
♦ Messages RP : 22
♦ Inscription le : 23/06/2012
♠ Humeur : casse geule
♠ Emploi : Chercheur (FNRS >.<)
♠ Karnevale : j'aime bien celui de Venise, mais celui de Rio est vraiment bien.

MessageSujet: Re: [Terminé]Entre théorie et pratique [PV The Mad']   Mar 26 Juin - 20:26

Les choses se corsaient grandement. Bien que le savant faisait illusion, il n'avait pas l'endurance d'un véritable combattant. La fumée retombait peu à peu et les deux adversaires purent se faire face. La jeune femme ne semblait pas en très bon état et le scientifique quant à lui voyait son rythme cardiaque diminué légèrement, effet indésirable de ces pilules miracles. Seulement il était beaucoup trop tôt que pour activer son second cœur, il fallait être patient et faire preuve d'ingéniosité. Visiblement ce fut ce que son ennemi pensa puisqu'elle décida de contre attaquer avec une tactique fort astucieuse. Elle propulsa un bout de table de son pied déstabilisant le scientifique qui dut faire face à l'objet imminent avant de pouvoir tenter d'esquiver son autre offensive. En plantant son sabre au sol il fit virevolter le bout de table sur le côté, seulement des aiguilles fines arrivaient à vive allure. Il sortit son sabre et en esquiva quelques unes, seulement d'autres vinrent s'enfoncer notamment une près de son cœur, qui heureusement pour lui l'esquiva de peu.

Elle enchaina avec sa dague, effectuant des coups nets et précis. Provoquant de plus en plus d'entailles, si bien que la bille verte qu'il avait avalée n'allait pas pouvoir suivre le rythme. Si une partie des plaies avaient déjà disparu beaucoup d'autres jonchaient son corps. Le sang coulait de plus en plus et Mad craignait que le phénomène indésirable ne se produise. Essayant d'éviter les attaques de plus en plus féroce de son adversaire ils finirent tous deux par se retrouver dans une situation bien dommageable. Chacun tenait d'une main son arme et de l'autre l'arme de l'ennemi. Le sang perla de leur main respective et c'est à ce moment-là qu'elle fit une remarque qu'elle crut judicieuse. La colère aurait pu venir, mais elle ne semblait pas avoir bien cerné le personnage. Celui-ci au lieu de crier, rigola à nouveau.

Mad : Vous pensez sincèrement que cela me met mal à l'aise. Être humain, cela veut dire être délimité par des règles, ces règles étaient une gène pour mon travail alors je les ai brisées. Je n'ai plus d'éthique, je n'ai plus de morale, je n'ai plus de concepts, je n'ai plus lois pour dominer ma science. La seule limite est mon imagination et mes capacités physiques. Je ne me prends pas pour un dieu ou autre chose, je considère juste avoir fait un pas de côté par rapport à l'humanité. Je suis totalement libre de faire ce que je veux. Mon apparence n'a rien à voir avec le concept d'humain, mais si vous voulez vraiment une différence regarder donc mon sang.

En effet, miracle ou sortilège, le sang du savant qui perlait rouge avait laissé place à une coulée mauve ténébreuse à la texture flasque. Il s'agissait là d'un effet dégradant d'un pouvoir unique. Seulement là n'était pas la question. Le sang du Mad était bien rouge et cela constituait le sang frais, mais les globules rouges qui sont restées dans son métabolisme trop longtemps prenaient cette teinte peu ragoutante. Le scientifique n'aimait guère cette effet et s'abstenait de trop saigner, seulement voilà, le combat aidant le phénomène réapparut. Profitant de l'instant de vide, le chercheur tira sa tête vers l'arrière puis vint percuter violemment le faciès la blonde aux yeux ardents. Tous deux reculèrent, le savant lui commença à lécher son propre sang avant de se remettre en marche. Il se dirigea vers la combattante, mais pas dans un itinéraire direct. Il forma une espère d'arc de cercle, en courant il sortit une seconde bille verte. Il l'avala, ce qui referma lentement quelques plaies et permit de conserver de précieux centilitres de sang. Puis il se dirigea avec force vers son adversaire. Il frappa le sol remuant des gravats et un autre écran de fumée. Il fonça alors tel un bulldog vers la jeune fille qui était encore visible pour très peu. Une fois les deux ressortit de la fumée, Maddy courra à toute vitesse et donna un coup d'épée verticale ascendant. La lame en hauteur, la main du chercheur laissa s'échapper le manche pour le reprendre en position renverser. Il tenait à présent le sabre à l'envers et pouvait enchainer avec une attaque verticale descendante. Cela fait il prit ses distance de façon à rester prudent. Ce fut à ce moment-là qu'une lumière traversa la fumée. Quelqu'un venait d'ouvrir la porte et demandait s'il y avait quelqu'un. Le savant réagit aussitôt.

Mad : Idiot que faites-vous là ?

[HRP : Bon voilà je te laisse un échappatoire. A toi de voir si tu le prends ou pas. La porte restera ouverte comme ça dès que tu le sens mal tu sais où aller.]



Maddy Approuved


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


MessageSujet: Re: [Terminé]Entre théorie et pratique [PV The Mad']   Mar 26 Juin - 21:04

    Pandore vacilla en arrière, le coup frontal qui lui avait été asséné la fit reculer de quelques pas. Ce monstre était donc inébranlable ? Lui et ses pilules maudites. Elle contempla avec amertume le sang mauve coaguler sur la peau du scientifique. Relativement étonnant, qu'un homme puisse se changer lui même. La nature était devenue folle. Quant à l'Opalienne, elle faiblissait de minute en minute. Sa main et son thoras étaient blessés, et ses muscles fatiguaient. Pandore avait encore beaucoup de chemin à faire pour devenir un soldat de renom, à la puissance redoutée. Novice, autodidacte, elle avait intégré l'armée uniquement grâce à sa force de caractère et ses efforts. Mais parfois la volonté ne suffisait pas à combler le vide créé par l'ignorance. Elle manquait d'expérience, tout simplement. Et c'était ce genre de situation qui allait l'enrichir.

    Dans des efforts monstres, elle parvint à esquiver la plupart des assauts du scientifique. Elle fixa avec sévérité l'homme, consciente que le combat toucherait bientôt à sa fin. Un frisson parcouru son dos, suivit d'une bouffée de chaleur. Mauvais signe, Pandore commençait à avoir chaud. Non, surtout, il ne fallait pas. Elle devait l'endurer, supporter, mais en aucun cas, elle ne devait se laisser aller. Ses paupières s’alourdirent et son corps la démangea. Il était si simple pour elle de tout lâcher, de s'abandonner. Son âme et sa conscience ne tenaient qu'à un fil. Si elle cédait, alors elle ruinerait ce pourquoi elle s'était engagée dans l'armée : Se contrôler. Pandore posa une main contre son crâne, un genou au sol. La situation se présentait mal, très mal.

    Soudain, un vent d'espoir souffla sur elle. Une porte fut ouverte insouciamment, laisant entrer une légère brise, rafraîchissante. Pandore rouvrit les yeux, son visage ne portait plus d'expression. La fumée retombait à peine qu'elle se jetait déjà sur son adversaire. Elle fit en sorte de passer juste à côté de son arme, bousculant alors l'individu d'un coup d'épaule acharné. Sa main droite se saisit des quelques pilules qu'elle parvint à dénicher dans le vif de l'action. Puis, appuyant férocement sur ses mollets, elle s'élança avec virulence en direction de la porte. Le novice ne vit même pas passer la femme. En un coup de vent, elle avait sauté par dessus la rambarde, dans un vide aussi noir qu'angoissant. Atterrissant sur la toiture d'un des locaux de l'institut, l'Opalienne partit aussi silencieusement qu'elle était venue, ne laissant derrière elle qu'une légère traînée rougeâtre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Terminé]Entre théorie et pratique [PV The Mad']   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Terminé]Entre théorie et pratique [PV The Mad']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Karnevale Avenue :: Laboratoire N°5-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit