Karnevale Avenue

blblbl
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 [Terminé] Une coccinelle, qui craque sa bulle [PV Caleb & Gabriel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


MessageSujet: [Terminé] Une coccinelle, qui craque sa bulle [PV Caleb & Gabriel]   Mer 30 Mai - 20:11

    La paume agrippant férocement la choppe qui contenait sa liqueur de fin d’après-midi, Pandore plongea ses prunelles azurées au fond de celle-ci. Ses sourcils se fronçaient à mesure que les jargons et les ricanements se faisaient plus proches. Les débauchés s’enchainaient et s’entremêlaient au comptoir du bar. Brun, roux, blonds, grands, la peau mate ou zébrée ; ils puaient tous autant les uns que les autres la dépravation humaine. Il fallait se l’avouer, être une fille et devoir se coltiner ce genre de situation n’était pas très agréable.

    Les discours de drague et de velléité s’enchainaient. Heureusement, la femme savait comment mettre de la distance entre elle et ses conquérants. Bon dieu l’amour ? Quelle utilité ? Futilité. Elle s’abreuva d’au moins trois gorgées de son breuvage avant de continuer ce qu’elle devait faire, écouter. L’alcool l’aidait à mieux digérer cette situation ambiguë. Elle passait tout simplement pour une de ces pétasses qui se trimballaient le ventre à l’air et qui la dévisageaient successivement. Sauf qu’elle savait se faire désirer, à l’inverse de ces filles de joies, dont chaque homme ici présent avait du voir les parties intimes au moins une fois. La clef de la réussite serait-elle le mystère ? Qu’importait, elle voulait juste en terminer avec cette mission dont elle était chargée.

    Le rapport était clair, elle devait mettre en lumière l’origine de ces soi-disant querelles entre gangs qui opposaient Opaliens et Almancariens. Pandore soupira de plus belle, se noyant dans le bref rédigé qu’elle venait de relire. Elle avait voyagé pendant presque une semaine pour arriver ici. Traverser le désert sous cette chaleur caniculaire, sillonner la forêt d’Orphée qui lui barrait le chemin, et pour finir, se perdre au milieu des marécages qui dissimulaient Almancar. Un vrai CALVAIRE. Pandore n’en pouvait plus, dévastée par un périple si long pour une tache si banale à ses yeux. Certes il y avait des gangs. Mais comment changer le monde si même dame nature n’y était parvenue lors des catastrophes naturelles qui dévastèrent l’humanité.

    Etre soldat, fière soldat, brave et dévouée à ses ordres, au final, ce n’était pas tache aisée.

    La musique se relança de plus belle. Le soleil disparaissait petit à petit derrière les chaumières mordorées. Le centre-ville avait beau être le plus vivant, l’atmosphère était de loin moins enthousiasmante que celle d’Opale. Rien ne valait une bonne festivité de danse et de carnaval dans la rue. Pandore plaqua sa main sur la table de chêne qui portait ses affaires, la tasse roula avant de se briser au sol. Un bref instant d’attention lui fut accordé, puis la fête reparti de plus belle.

    Portant sa main à son front, Pandore se dirigea vers la sortie, dépitée de sa journée. Elle se retrouva dans une rue étroite, où seules quelques âmes inopportunes semblaient se balader. Une main vint se coller à sa bouche, une autre dressa une lame en dessous de sa gorge. Pandore leva les yeux au ciel, alors qu’elle était fermement attelée ainsi. Le mètre 80, les muscles saillants, une tête de con, c’était à peu près l’image qu’elle avait de son agresseur, qui se terrait dans son dos.

    – Ca pue l’Opalien à des mètres à la ronde

    Un sourire camouflé se dessina derrière la main crasseuse de l’homme. En un instant, les yeux de la femme avaient retrouvé la lueur étincelante qui les animait lorsqu’elle savourait un instant. L’avait-elle trouvé, la source de ces bagarres enfantines ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: [Terminé] Une coccinelle, qui craque sa bulle [PV Caleb & Gabriel]   Mer 30 Mai - 21:38

Je fumerais bien une clope.

C'est sur cette pensée qu'il s'adossa à un mur, fatigué. Oh il n'avait pas fait grand chose, il était simplement sorti de chez lui et s'était rendu au Tord Boyaux. Mais rien que ça ça le fatiguait. Voir des gens. Supporter leur vacarme, leur odeur. C'était dans ces moments-là que Caleb se sentait le plus asocial. En fait, il pouvait se montrer tout à fait correct et même charmant si il le voulait, mais un contact prolongé avec la société ne lui faisait pas bon effet. C'est en bonne partie pour ça qu'il n'avait pas d'amis et encore moins de conquêtes.

Caleb ne fumait que très rarement. Tout simplement parce que ça coutait cher, et qu'il avait autre chose à foutre que se ruiner en clopes (et en alcool d'ailleurs). Toujours est-il qu'à certains moments, l'envie lui prenait de fumer, pour se calmer les nerfs, ou simplement passer le temps.

C'est alors qu'il aperçut un mouvement du coin de l’œil. Il tourna la tête et vit dans la ruelle d'à côté un grand gaillard s'en prendre à une femme. Il n'entendit pas ce qu'il lui murmura, mais devina bien vite la cause de l'agression : elle était étrangère, c'était écrit en grosse lettres sur son front; et puis bon, c'était une femme quoi. Propre, plutôt bien foutue, elle avait dû en exciter plus d'un. Pas lui en tout cas, pensa-t-il en haussant les épaules. Il n'avait pas prévu de sauver une demoiselle en détresse ce soir, et se détourna de la scène.

Tant pis pour elle, elle n'avait qu'à être plus prudente.

Il entendit alors un craquement sourd et se retourna pour voir l'homme à terre, maitrisé. Il regarda la jeune femme, amusé. Elle cachait bien son jeu au final. Mais son sourire s'effaça bien vite; ses gestes parlaient pour elle : soldat d'Opale. Avant que des souvenirs refassent surface, il détourna une fois de plus le regard et barricada ses pensées. Pas de mélodrame sentimental au programme non plus, merci.

Il hésitait sur sa conduite. Partir, aller la voir? Les emmerdes allaient débarquer, il le sentait. Et pourtant...

    "Vous savez, si vous restez là à lui éclater la tronche, ses potes risquent de se rameuter. Et là, même avec une formation de soldat vous serez dans la merde."
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: [Terminé] Une coccinelle, qui craque sa bulle [PV Caleb & Gabriel]   Jeu 31 Mai - 18:26

Le déluge et l’hécatombe de soleil d'Opale m'avait bien tué. J'avais pris un coup de soleil sur la gueule, qui me faisait un mal de chien, et j'avais trouvé aucune crème capable de calmer la douleur. Je revenais donc au bercail, avec une chance inouïe qu'Almancar soit aussi sombre que d'habitude. Reluquer un mec pendant plus de quatre jours n'avaient pas été de tout repos, ça m'avait même fait royalement chier. Mais si je voulais le reste de la liasse, il fallait bien que je lui ramène quelques informations au barbu. Les rues étaient toujours aussi dégueulasses, les rues étaient vides et sombres, le pays des merveilles gardait les mêmes couleurs que d'habitude comme si je ne l'avais pas quitté.

Je me dirigeais donc vers cette fameuse rue, où j'étais sensé retrouver le gars blindé aux as. Physique il en avait franchement pas l'air, mais certains cachaient bien leur jeu ici. Je sortais déjà le bout de papier et le glisser sous ma manche, mon regard légèrement voilé détailler les environs non sans mal. Et vu que le coup de soleil n'aidait en rien à faire marcher mes méninges, j'étais sur le point de rabattre mes lunettes sur mon nez (comme si ça allait servir à quelque chose et améliorer ma vue) lorsqu'un bruit désagréable raisonna dans mes oreilles. Un craquement plutôt sinistre, qui en temps normal m'aurait fait reculer et prendre la rue adjacente.

Sauf que lorsque vous voyez qu'une déesse pas plus haute que trois pommes venaient de retourner un mec plutôt costaud, le cerveau s'arrête et laisse vos yeux analyser la situation. La bouche a demi ouverte alors que je me trouvais à même pas un pas de la scène, mon regard capta autre chose et je lâchais mine de rien :

« Et merde. C'est bien ma vaine. »

La bonne nouvelle, c'est qu'il n'avait pas l'air mort, la mauvaise nouvelle, c'est que je verrais pas mon argent avant longtemps si je me barrais d'ici. L'autre mauvaise nouvelle, c'était que la fille avait pas l'air super sympathique et que sa vocation était facile à deviner. Le tampon d'Opale était graver sur son joli front pâle. Soldat. Une fille pareille ? Je ravalais un fou rire, pour ne pas faire mauvaise impression. L'alcool était absent depuis quelques heures, et j'étais encore apte (à moitié) à retenir mes conneries. Exploser de rire enclencherait un processus d'incompréhension, la fille s'intéresserait à moi et voudrait des explications. J'avais l'habitude de voir des filles soumises qui la fermaient...

Une voix sur le coté, un peu plus loin, dissimulé dans l'ombre venait de donner son avis sur la scène qui venait de se dérouler. Ouais, valait mieux se barrer d'ici. Mais y avait autre chose qui me faisait chier.

« Il se réveillera pas tout de suite... Le mieux serait de le fourrer là-bas. »

À l'ombre, avec les poubelles. Mon doigt pointait la direction des déchets, pendant que j'avais bien l'intention de récupérer ce que le barbu me devait. Agir avec discernement et discrétion, et laisser un sourire con glisser sur ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: [Terminé] Une coccinelle, qui craque sa bulle [PV Caleb & Gabriel]   Jeu 31 Mai - 19:24

    C’est qu’il puait l’alcool le balourd. C’est aussi qu’il avait les mains bien crasseuses pour oser toucher une femme ainsi. Grossière erreur. Il fut plaqué au sol par ses soins en une brève acrobatie. Il la scruta d’un regard éberlué avant de sombrer. Pas de veine, elle qui comptait l’interroger. Doucement, Pandore relâcha son bras graisseux, avant de tendre l’oreille vers les pas qui se dirigeaient en sa direction. Le reste de la fête allait commencer ?

    Elle plissa les yeux, cette satanée obscurité l’empêchait de discerner les silhouettes qu’elle soupçonnait se trouver non loin d’elle. Les lumières n’existaient pas à Almancar ? Soit, elle ferait sans. Le premier homme s’aventura à l’avertir, alors que lui-même n’avait pas levé un pouce pour aider une demoiselle en détresse. Le deuxième lui, plus délicat, préféra mentionner l’importance de dissimuler la bête de foire. Non mais que croyaient-ils ? Qu’elle aurait fait ce grabuge sans idée derrière la tête ?

    – Aurais-je affaire à des mouchards ? S’enquit-elle de lancer, un sourire dissimulé aux lèvres.

    Elle s’orienta dans la direction des deux voix, avant de poursuivre :

    – Pensiez-vous, très chers, qu’un soldat n’était fait que de muscles et d’endurance ? Si j’avais envie de tabasser un homme, je n’aurais pas fait tout ce chemin pour cela, il y en a des tonnes à qui j’aurais bien présenté mon poing voyez-vous

    C’était pourtant évident. Si elle n’arrivait pas à trouver la source des problèmes, alors elle l’attirerait à elle, quelques en soit les risques. Elle savait pertinemment qu’elle s’engageait dans quelque chose d’ambitieux, mais avait-elle seulement le choix ? Son corps épuisé de la route aurait déteint sur son mental, et dieu sait combien le poids de son moral était important pour la réussite de la mission.

    Elle saisit le corps inerte du colosse et l’étala à plat ventre en plein « milieu » de la ruelle (concrètement, l’anatomie de celui-ci prenait plutôt toute la largeur que pouvait lui offrir cette impasse coupe-gorge). Pandore, bien que méfiante, jugea que les deux hommes terrés dans l’ombre n’étaient pour le moment pas source de menace. Reculant d’un pas, elle s’adossa paisiblement à côté d’une poubelle ravagée par le temps (bonjour l’odeur). Prenant ensuite l’expression d’une gamine capricieuse et insatisfaite, elle se contenta de lancer avec sa voix la plus impertinente possible :

    – Ce type ne bougera pas d’un poil, et moi non plus.

    HRP - Petit post mais comme je disais à Caleb, je trouve ça plus intéressant d'avancer petit post par petit post. A vous de voir ! Si ça vous embête, je retombe sur mes pavés d'antan x)
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: [Terminé] Une coccinelle, qui craque sa bulle [PV Caleb & Gabriel]   Jeu 31 Mai - 20:24

Un autre type s'était avancé pour lui filer un conseil. Bien de chez nous, celui-là. Vu l'air contrarié qu'il avait affiché en assistant à la scène, il avait des affaires en cours avec l'agresseur maintenant à terre. Visiblement décidé à rester là jusqu'à ce que l'autre se réveille et que son affaire soit conclue, il avait lancé son conseil avec un sourire niais.

Il espérait quoi au juste? Que la fille s'en aille en les laissant tranquille? Ça serait franchement peu probable. Comme pour confirmer ses dires, elle leur répliqua :

    "Aurais-je affaire à des mouchards ?"


Bah tiens. Elle allait s'en prendre à eux maintenant. Il savait qu'il aurait du partir.

En continuant de parler, elle poussa le corps pour le mettre en travers de la ruelle, et leur sortit :

    "Ce type ne bougera pas d’un poil, et moi non plus."


C'était quoi son problème? Elle allait rameuter toute la bande à ce rythme... Ah. C'était donc ça. Soldat d'Opale, cherchant du grabuge : elle était en mission et enquêtait sur les gangs d'Almancar. Ou un truc dans le genre. Donc, l'autre type à avoir parlé allait sûrement être dans la merde, mais lui c'était pas son problème.

Tournant les talons, il s'apprêta à quitter les lieux. C'est alors qu'il entendit des bruits de pas venant dans leur direction, plusieurs personnes apparemment. Il avait oublié comme les nouvelles allaient vite ici. Trop vite.

Caleb jura. Il n'aurait pas le temps de s'échapper. Pas sans que ça tourne mal en tous cas. Les renforts du type à terre allaient débarquer, et en le voyant quitter la ruelle précipitamment, ils ne manqueraient pas de retenir son visage pour le chasser plus tard.

Il hésita quelques secondes, juste le temps de lui couper définitivement toute retraite. Jurant une nouvelle fois, il décida de se reculer dans l'ombre de la ruelle, choisissant de rester sur place mais de laisser la fille faire le salle boulot. Quoi? Elle l'avait cherché non?


__________________
Oui c'est court mais au moins ça ira plus vite ><
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: [Terminé] Une coccinelle, qui craque sa bulle [PV Caleb & Gabriel]   Jeu 31 Mai - 21:42

C'était clair que j'avais envie de me barrer, mais pas sans mon dû. La charmante chose d'Opale était un soldat, peut être pas bien haut gradé (vu dans quel trou elle avait été envoyé et seule) : mais elle entraverait clairement mon échange. Elle avait bien l'air décidé à nous raconter sa vie aussi, qu'est-ce que je m'en foutais qu'elle était pas venue pour tabasser ce gars. J'étais crevé, j'avais besoin de l'argent parce que j'avais plus rien en poche et que j'avais pas envie de m'incruster dans une baraque pour trouver à manger gratuit. Mais ça, elle pouvait pas le comprendre. Elle était trop en position de force ! Si, elle venait détaler le corps de mon client au milieu de la rue. Client qui ferait bien de crever là d'ailleurs, histoire que j'ai pas de problème. Et, gentiment, elle s'était adossée contre le mur, tenant compagnie à la poubelle.

« J'en ai rien à faire des personnes que t'as bien envie de tabasser... Le réel problème, c'est que la beauté que tu es n'habite pas ici et que tu ramènes toute la bande. Tu dois vraiment être une chienne d'Opale sacrément débutante. »

Cette fois je murmurais entre mes dents, moins sympathique peut être. C'était que des grognasses les filles d'Opale, j'en savais quelque chose pour en avoir déjà croiser une ou deux. Peut être l'une d'elle vend son corps ici d'ailleurs... Je savais plus très bien. Et elle avait beau être joli, elle avait une manière de faire qui allait nous foutre dans la merde. J'avais jamais eu de problème dans ce trou jusqu'à maintenant, si c'était une garce qui foutait tout en l'air, ça avait de quoi vous pomper l'air. Mais voyez, tout à coup, mon intérêt s'était plutôt tourné vers le bruit des pas qui déboulaient dans notre direction.

Soit je faisais comme l'autre dont j'avais toujours pas vu le visage et je me planquais dans l'ombre (ce qui serait sans doute pas constructif vu le nombre de gens qui allaient débouler ici et les coins pour se cacher), soit je le faisais à ma manière.

« Putain, mais t'es grave comme fille. »

Je la tirais vers l'avant, je me foutais de la faire tomber mais mon objectif était atteint lorsque je renversais les poubelles au milieu de la rue. Je me tournais en direction du gars par terre, glissais discrètement le billet qui lui était destiné et fouillais ses poches pour récupérer l'argent que je glissais dans ma poche intérieur. Elle était peut être dotée d'un karneval super puissant, mais ça changeait rien que les mecs qui allaient débarquer dans une minute en avait plusieurs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: [Terminé] Une coccinelle, qui craque sa bulle [PV Caleb & Gabriel]   Ven 1 Juin - 15:16

    Tandis que l’un s’enfonçait plus intensément dans l’obscurité, l’autre, lui, décida d’en sortir et d’exposer son visage de marbre. Des yeux perçants, aussi noirs que sa chevelure d’encre. Peut-être étaient-ils colorés à l’origine, mais dans l’instant même, ils ne faisaient que refléter la couleur ternie du ciel. Alors qu’elle pensait avoir été assez claire, Pandore fut assez surprise de voir celui-ci se rapprocher, une expression de mépris scotchée au visage. En plus de paraitre arrogant, il fut insultant. Elle une chienne d’Opale ? Débutante en plus ? Pandore ne put retenir un certain rictus. Ses mots étaient tellement véridiques. Elle le savait déjà, pas besoin qu’on lui rappelle, ou encore, qu’on le lui reproche,

    – .. Ha… Haha ! Je suis percée à jour à ce que je vois , s’enthousiasma-t-elle, avant de reprendre des traits aussi stoïques qu’à son habitude.
    – Cependant, je ne permettrais pas à un inconnu de me parler sur ce to..

    Elle n’eut pas le temps d’en finir avec sa phrase que l’homme la saisissait par le bras avec une virulence non maitrisée. En temps normal, elle aurait planté depuis longtemps ses ongles dans la chair désinvolte qui l’harnachait, mais cette fois-ci, elle ne sentit aucun danger planer sur elle. Etrange, c’était une des premières fois qu’elle n’avait pas envie d’exploser la personne qui l’agrippait sans lui demander permission. Intriguée et quelque peu troublée, elle se laissa porter par la force de l’individu. Le faisait-il pour elle ? Parce qu’elle se mettait en danger ? Non, hypothèse trop naïve, il y avait quelque chose d’autre. C’est alors qu’il sortit de sa veste de blouson un papier (ou quelque chose qui y ressemblait, ce fut bref) et le glissa dans celle du balourd étalé au sol. Il se servit alors royalement et ouvertement dans les réserves de celui-ci, emportant une liasse comme butin. Etait-il fou pour faire cela devant un soldat ? L’esprit vif, Pandore analysait la situation, théorisant toutes les solutions envisageable, et la plus plausible lui fit revêtir un faciès défiguré par la malice. Un contrat ? Ce type travaillait pour le gros lard, et était donc, en plus d’être Almancarien, un des vers qui semblaient connaitre par cœur les rues déchainées de la cité.

    Elle stoppa l’élan de leur marche d’un coup de pied furtif. S’appuyant sur ses plantes de pieds, Pandore se défit de l’emprise de l’inconnu d’un mouvement de main. Elle plaqua enfin sa main contre son torse, tout en forçant de tous ses muscles. Au final, elle poussa l’homme à reculer à l’aveuglette, tout cela dans un laps de temps très court. Il fut donc propulsé volontairement vers une des zones ombragées de la ruelle, dans une espèce de crevasse que les murs cachaient. Ainsi, le téméraire fini par taper contre l’autre individu qui se terrait sans gêne. Deux pour le prix d’un. Elle sorti ensuite de ses bottes deux dagues qui se prenaient comme des poings américains, pliant de moitié ses avant bras dans la direction des Almancariens.

    – Si vous y tenez tant, je peux songer à ne pas aller massacrer ces hommes qui arrivent. Mais à la seule condition que vous répondiez aux questions que je comptais leur poser, cela va de soi.

    Une bagarre sordide et titanesque, ou une simple entrevue entre soldat en mission et témoins de multiples événements. Oui, Pandore n’était pas dupe, ces deux loups qui vivaient dans l’ombre avaient du en voir plus qu’il n’en fallait pour la pister sur les traces qu’elle cherchait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: [Terminé] Une coccinelle, qui craque sa bulle [PV Caleb & Gabriel]   Sam 2 Juin - 17:53

Pendant que Cal réfléchissait, les deux autres s'étaient bougés. S'insultant tour à tour, le type avait fini par empoigner la fille pour fouiller l'homme à terre. Alors là il avait du culot. Indiquer clairement qu'il avait un lien avec l'autre, devant un soldat, ça la foutait mal. Enfin, de toute façon vu comment il lui avait parlé, il était déjà mal barré.

Se tapissant dans l'ombre, il les regarda s'agiter. La blonde avait l'air abasourdie, jusqu'au moment où elle sembla reprendre ses esprits et maîtrisa l'autre. Caleb sentit un rictus naître sur ses lèvres. C'est vrai qu'elle cachait bien son jeu, mais quand même. Il se faisait maîtriser par une fille. Oui c'était une pensée puérile, mais il pensait ce qu'il voulait et de toute façon il n'aimait pas les femmes. Et puis...

Son sourire s'effaça bien vite, remplacé par une moue inquiète quand ils se dirigèrent vers lui. Il était sensé être caché là ! Et ce fut encore pire quand elle lui balança l'autre type dessus. Il se décala vivement pour ne pas rester collé à l'autre, malgré la dague pointée vers son visage. La situation allait devenir gênante sinon. Avec l'adrénaline et tout le reste, ses... réactions pourraient être mal interprétées.

«Si vous y tenez tant, je peux songer à ne pas aller massacrer ces hommes qui arrivent. Mais à la seule condition que vous répondiez aux questions que je comptais leur poser, cela va de soi. »

Il la regarda, interloqué.

« Il me semble qu'il est un peu trop tard pour s'en préoccuper là. Ils arrivent, vous avez dérouillé leur pote, donc vous vous débrouillez avec eux. J'ai rien à faire dans cette histoire, moi. »

Il jeta un regard en coin à son désormais partenaire-dans-la-merde. C'était aussi de sa faute si il se retrouvait dans cette situation après tout. Avec un peu de chance, il l'enverrait chier, elle s'occuperait de la bande qui arriverait, puis de lui, et serait trop occupée pour voir Caleb s'enfuir. Avec un peu de chance.


_________________________

Finalement il fait pas beau alors on est rentrés plus tôt x) ça daille un peu mais au moins voilà ma réponse x)
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: [Terminé] Une coccinelle, qui craque sa bulle [PV Caleb & Gabriel]   Dim 3 Juin - 15:32

Tant que j'avais mon argent, je me fichais pas mal du reste et ne demandait qu'à me barrer. Certes, le mec par terre qui survivrait sans doute, viendrait me faire un petit bonjour un jour. C'était une possibilité. Il avait beau avoir eu ce qu'il voulait, il voudrait sans doute savoir si j'avais vu la fille ou si j'avais quelque chose à voir là-dedans. Je réfléchirais plus tard à ce que je pourrais lui raconter. Là pour le moment, ce n'était pas trop l'heure. Mais à peine je m'étais redressé que les évènements s'enchaînèrent en un quart de seconde, je me retrouvais propulser en arrière. Manquant d'embarquer l'autre planqué dans l'ombre qui s'était 'gentiment' décalé.

À peine je reprenais mes esprits, la tarée avait dores et déjà pointé des lames dans notre direction. Elle avait l'air d'aimer perdre son temps dans les belles tirades à tomber par terre. Répondre à ses questions ? Qu'est-ce que j'avais à lui dire franchement ? Et puis, si elle souhaitait vraiment massacrer les hommes qui allaient arriver d'une minute à l'autre, quand bien me fasse. Elle allait sans doute nager dans son sang, et ça, elle avait pas l'air de le comprendre. J'avais fait du mieux que je pouvais, maintenant j'avais juste envie de me barrer. Le réel problème ne venait plus de transmettre le billet au mec, mais de donner à cette fille ce qu'elle voulait pour qu'elle la ferme. Oui, j'avais pas spécialement peur qu'elle m'embarque alors que je venais juste de dévoiler une partie de mon 'business'. J'avais mes contacts, mes poings de pression, et elle n'avait aucune influence ici. C'était dommage !

Je tournais la tête en direction de l'homme mystérieux qui avait opté pour la solution laisser la fille jouer avec le feu et mourir désespérément dans la ruelle. Elle était bonne, sa solution. Mais ça changeait rien que dans l'ombre, les autres finiraient par les trouver quand même. Et moi, j'avais déjà du mal à faire comprendre à mes clients que j'étais fiable. Je croisais le regard du mec et murmurait :

« C'est sur que ça va nous aider de la laisser faire. Elle va en tuer un, les autres vont finir par nous repérer, et elle va crevé la gueule ouverte. On va être pister. Merveilleux. Le plan de génie. »

Je me tournais en direction de la fille, un peu trop sûr d'elle et d'avoir chopper les bons morceaux. Puis d'un mouvement de tête je montrais la direction d'une ruelle :

« Et si on commençait par y aller, ça serait une bonne idée non ? Ton plan de débutante tomberait à l'eau si on attends ici. »

Est-ce qu'elle avait compris que les mecs allaient pas tarder à arriver, ou elle était bouchée ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: [Terminé] Une coccinelle, qui craque sa bulle [PV Caleb & Gabriel]   Dim 3 Juin - 17:14

    Mal dressés, ces chacals ne savaient pas se tenir ! Les voila qui se pavanaient devant elle, fièrement en plus. Ils jouaient au plus malin, se trémoussant à l’idée de la voir impliquée dans un combat sanguinolent. N’avaient-ils pas confiance que si cet affrontement devait avoir lieu, ils en seraient les premières cibles ? Pandore n’était pas du genre à laisser les sources potentielles d’information se dérober d’elle. Ces deux là paraissaient si intrépides, si surs qu’elle se ferait massacrer avant qu’elle n’ait pu lever le petit doigt sur eux. Sauf qu’à l’instant même, la seule qui avait ses dagues aiguisées dressés contre les gorges ennemies, c’était elle, pas eux.

    Un crépitement de gravillons attira son attention. Une dizaines d’hommes semblaient arriver sur les lieux, dans une course saccadée. Les pas étaient lourds, indiscrets, surement des brutasses pas possible. Seulement 10 ? Ceux-là devaient être les plus vifs, les autres devant surement traîner derrière. Pandore émit un grognement tout en reculant un demi-pas. Elle devait se l’avouer, se bagarrer avec une bande d’Almancariens gras et grincheux, c’était pas franchement une partie de plaisir. Elle se souvenait de certaines roustes qu’elle avait pu prendre les fois où elle avait voulu intervenir dans des pseudos guerre de gang. Une légère grimace vint s’installer sur la peau nacrée de la jeune Opalienne. Elle pouvait déjà apercevoir les premières silhouettes se dessiner au coin de la rue.

    – Tss, fais chier

    Après avoir jeté un regard assassin à ceux en qui elle cherchait la vérité, elle se désista de sa position d’attaque. A quoi bon, ces hommes ne lui avoueraient surement rien, et elle n’avait guère le temps de les faire parler à sa manière. Toutefois, ils paraissaient tous deux tellement inquiets vis-à-vis de la future bataille que même l’ardeur habituelle de Pandore en était affaiblie. Elle ferait ce qu’elle avait à faire. Un sourire se dessina sur ses lèvres émincées lorsque ses prunelles azurées croisèrent celles exorbitées des bandits. Le match était lancé. La jeune femme lança ses bras en arrière, et murmura, sans prendre la peine de regarder ceux à qui ses mots s’adressaient :

    – Vous n’avez plus qu’à vous casser, Almancariens.

    Bien sur, elle ne s’adressait pas là aux truands. Les visés se reconnaîtront. Et dans une danse frénétique, la course fut lancée. Allaient-ils le croire ? Elle qui prétendait être si forte, n’était en réalité pas du tout un experte en matière d’affront de brutes. Ses muscles étaient faibles, son corps chétifs, que pensaient-ils ? Pandore une barbare ? Pas le moins du monde, c’était une danseuse. Une femme qui usait de sa souplesse pour se servir de la force de l’autre, rien de plus. Ainsi, elle était rapide et légère. Ainsi, elle put glisser avec finesse au sol, alors même que les épées se jetaient horizontalement au dessus de son visage. Elle se courbait et se retournait, sautait de temps en temps. Puis, elle arriva là où elle le voulait, derrière le groupe d’homme qu’elle venait de traverser. Oui, Pandore était une professionnelle de l’esquive, non de l’attaque de face. Son rallye venait de commencer. Elle courrait toujours, aussi vite que la brise du soir pouvait la porter. Ses muscles se plièrent et la voila qui s’élançait en l’air, rebondissant sur des cartons miteux, des briques éparpillées, s’accrochant finalement à un rebord de mur. Elle se hissa de toute sa volonté en haut de celui-ci. Des flèches caressèrent ses joues rosies par l’adrénaline. C’était moins une, mais la voila dorénavant perchée sur les toits, sautant de l’un à l’autre, se courbant pour éviter les projectiles. Elle gambadait à son habitude, telle une voleuse, attirant à elle les insectes qui lui en voulaient. Les deux autres seraient en paix, quant à elle, elle n’aurait plus qu’à courir, encore et toujours.

    HRP : Donc voila, j’ai finalement réfléchi, et vu que je suis partie pour être absente un petit moment, ça nous, enfin vous éviterera de bloquer un RP ! Caleb est déjà d’accord, Gaby à toi de voir. Vous pouvez répondre si vous en avez envie ou non, comme vous voulez x)
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: [Terminé] Une coccinelle, qui craque sa bulle [PV Caleb & Gabriel]   Lun 4 Juin - 21:27

L'autre type l'avait envoyé chier dans un murmure. Quoi? Elle se serait fait étriper et eux ils seraient partis pendant ce temps. Et puis à la base il était tout seul dans sa cachette, alors bon. Il pouvait pas prévoir qu'il se retrouverait avec un mec dans les bras et une fille le plaquant au mur.

La fille se recula finalement en jurant. Oui, en effet, des gens arrivent, cocotte. Elle sourit, et leur jeta de se casser en s'éloignant. Quoi, elle partait comme ça? Et eux alors? Et la troupe qui arrivait?

Alors, sous leurs yeux ébahis, elle traversa le groupe d'arrivants dans une danse gracieuse. Ces derniers, trop lents, trop lourds, ne purent que découper le vide. Et elle continua à courir, agile et vive comme le vent. D'accord, elle était pas futée, mais elle savait courir.

Il se retrouva donc comme un con dans la ruelle à fixer le vide, puisqu'ils l'avaient tous suivie. Se retournant vers l'autre homme à ses côtés, il haussa les épaules et dit :

    "Bah voilà, il suffisait de se cacher."

Ne sachant un instant si il devait ajouter quoi que ce soit, il se retourna simplement et se dirigea vers le bout de la ruelle, prudent. Ils étaient partis. Quels cons quand même.

    "La voie est libre. J'rentre chez moi. A plus."

Sans un regard en arrière, il reprit les rues sales d'Almancar pour retourner vers la surface. Il était temps de rentrer dans sa cabane au bord du marais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


MessageSujet: Re: [Terminé] Une coccinelle, qui craque sa bulle [PV Caleb & Gabriel]   Mar 5 Juin - 19:23

La troupe débarqua, bien sur. Elle avait perdu un temps précieux à tenter de converser sagement. Je lui avais bien dit qu'il fallait se barrer vite fait. Même si j'avais eu aucune envie de vendre des informations contre que dalle. Mon regard s'était tourné en direction des masses de muscles qui entamaient déjà la rue dans laquelle on se trouvait. Je reculais davantage dans l'ombre, un automatisme sans doute, alors que la blonde mécontente nous incitaient aimablement de nous barrer. Ah, c'était maintenant qu'elle avait une révélation, elle était sacrément bonne cette fille ! Avec agilité, elle écrasait quelques épaules et visages des truands pour s'éloigner au plus vite, elle venait presque de s'envoler sur les toits des maisons piteuses de l'allée des Crânes et faire de son mieux pour s'éloigner des brutes qui la poursuivaient déjà. Affaire classée pour le moment.

Elle n'allait pas tardé à refaire surface un jour, sauf si ses supérieurs lui retiraient la mission bien sur. Ce qui était fort probable vu comment elle venait de la foirer. Mon voisin me sortit de mes pensées en émettant une évidence, oui il suffisait de se cacher et d'attendre. Dans mon cas, précis, ça n'aurait pas été possible. Sauf que déjà une idée venait de germer dans ma tête, je saluais de manière presque joviale le gars qui se barrait déjà. Un peu bizarre quand même. Mystérieux et tout ce qui pouvait aller avec. Je le recroiserais sans doute pas s'il aimait se planquer.

« Ouais, c'est ça, à la prochaine. »

Je jetais des coups d’œils dans les environs, m’accroupissais près de l'individu toujours à terre. Admettons qu'avec la force de frappe de la jeune fille, il allait se réveiller dans cinq minutes. J'aurais peut être moins à attendre. Admettons. Il était costaud, et le temps que ses gars tentent de récupérer la fille, ce que j’espérais, il y avait moyen que je fasse affaire. Et j'allais régler de manière efficace cette dernière. Je retirais le papier de là où je l'avais glissé, le glissant entre mes doigts. Histoire d'accélérer les choses, je bousculais légèrement le corps de la masse pour le réveiller. Lorsque les paupières s'ouvrirent, un large sourire étira mes lèvres alors que je rétorquais :

« Vos amis sont en train de courser la personne qui vous a agressé. Mais je suis pas venu pour ça, j'ai vos informations. Maintenant, je veux ma part de billet. »

Elle avait bien fait de se barrer, la petite. Grâce à elle, j'allais pouvoir être tranquille pendant une semaine.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Terminé] Une coccinelle, qui craque sa bulle [PV Caleb & Gabriel]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Terminé] Une coccinelle, qui craque sa bulle [PV Caleb & Gabriel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Karnevale Avenue :: ♦ Le Tord Boyaux-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit