Karnevale Avenue

blblbl
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 [Terminé] Ike ike (gage àlakon) [Alecto]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


MessageSujet: [Terminé] Ike ike (gage àlakon) [Alecto]   Sam 12 Mai - 21:49

[Bon... Ben les enfants... Preuve que MOI j'accepte les gages sans faire trop la gueule, pas comme SANDRIER par exemple... En avant. J'espère que vous ricanerez bien (ou pas. En réalité j'espère que vous vous ferez iéch à lire).]


La Nouvelle Alzen, Karaoké Jeuchantfo

Pourquoi Clarice détestait elle Alecto ? Pour de très nombreuses raisons. Et ce soir, elle avait une raison de plus de le haïr. En réalité, elle aurait dû haïr Pepper, qui les avait forcés à sortir tous les deux, comme des grands, sans lui pour surveiller. Il avait de l'espoir... Enfin non, il avait surtout du boulot au resto... Et en réalité, elle aurait dû se haïr d'avoir parié avec Alecto... Résultat, ce soir elle devait tolérer les possibles remarques de l'autre blondasse. Oui, un pari à la con perdu, et la promesse faite à Pepper de ne pas étriper son amant vous voyez. Et Clarice était une femme de parole. Ce soir, elle supportait donc... Mais ça se paierait. Ce n'était qu'un coup joué sur l'échiquier. Elle aurait le temps de lui faire échec et mat plus tard (certainement pas par le biais d'un pari). La jeune femme était pour l'instant planquée dans les toilettes du karaoké, retardant le plus possible le moment de sa honte publique, se souvenant du tout début de soirée.

Quelques heures avant le début du ridicule

Alecto avait bien évidemment choisi la tenue ET le lieu où ils passeraient la soirée. Elle n'avait plus qu'à prier pour que cette dernière s'achève vite (prie donc mon enfant).
Un regard sur la tenue... Non. Clairement, c'était dégueulasse. Et oui, clairement, elle se vengerait de cet affront.
Pour l'heure, il lui fallait être bonne joueuse. Ne pas être dégoûtée par ces bottines marrons à talons, ni par la jupe blanche qui s'arrêterait au dessus de ses genoux, et encore moins par cet horrible haut rayé rose. C'était tellement loin de ses goûts vestimentaires... Elle avait sans doute échappé à quelque chose qui aurait pu être bien pire, mais pour elle c'était déjà limite.
Elle enfila la jupe et son haut rayé, silencieuse, évitant surtout de penser au résultat et ignora royalement le miroir qui essayait tant bien que mal d'attirer son attention, histoire de rire d'elle.
Venait maintenant l'épreuve des chaussures. Oui, elle n'avait jamais mis de chaussures à talons... Jamais. Et en voyant la taille de ces horreurs, elle se dit qu'il fallait être barge pour vouloir à ce point faire souffrir ses pieds. Assise sur une chaise, elle glissa ses pieds dedans, et comprit que la soirée ne serait définitivement que souffrance et ridicule du début jusqu'à la fin.

Alecto patientait de l'autre côté de la porte. Enfin, il tentait de patienter, se gaussant surtout mentalement de ses choix. Sentant poindre le début de la fureur, Clarice s'efforça de ne pas y accorder d'importance, de ne pas le laisser la mettre en rogne, ce qui pour l'instant, était franchement loupé. Elle se leva – pardon, tenta de se lever – et manqua de faire un plat sur le sol. Elle avait l'impression d'être en plein séisme tant ses pieds peinaient à la faire tenir debout. Elle n'avait vraiment pas d'équilibre avec ces godasses... Autant marcher sur les mains, mais, avec une jupe, ça signifiait se retrouver la culotte à l'air (oui faut pas rêver, elle est pas cul nu sous sa jupe), ce qui n'était pas envisageable.
Elle se casserait donc la figure toutes les deux secondes si c'était nécessaire, et avec un peu de chance, elle trouverait le moyen de faire mal à la serpillère blonde, en faisant passer ça pour un accident dû à ses chaussures.

Elle parvint à atteindre la porte en faisant de nombreux moulinets avec ses bras, basculant tantôt en avant, puis en arrière, ne devant son salut qu'à une bonne étoile qui avait choisi de ne pas l'achever de cette façon.

Retour dans les toilettes du Karaoké

Clarice se refusa à repenser à sa route difficile jusqu'au karaoké, à Alecto qui... ne l'avait pas aidée le moins du monde, préférant rire de sa difficulté... Elle refusa aussi de songer à son refus de lui laisser boire un verre d'alcool avant de passer au micro, lui laissant juste la possibilité de disparaître aux toilettes, après s'être assuré qu'elle ne pourrait pas s'en échapper. Il se faisait tard... et elle ne pouvait plus reculer. Elle sortit donc, les jambes tremblantes, s'efforçant de conserver tant bien que mal sa fierté déjà bien trop mise à mal. Il attendait, installé comme un pacha. Il attendait, tel le chat prêt à bondir sur la souris... Et il souriait... En temps normal, elle lui aurait fait ravaler ce sourire – en même temps que les talons d'ailleurs – mais il fallait l'avouer, ce soir ne pouvait pas être considéré comme un « temps normal ».

Elle prit donc place sur la petite scène, rouge comme une tomate, essayant de respirer, de s'inciter au calme. Ce n'était qu'un mauvais moment à passer... Un très mauvais moment à passer. Il enclencha la musique... Clarice avait vu plusieurs fois ce qu'elle devrait chanter ET danser, puisqu'il avait décidé de pousser le gage à son paroxysme. Ah non, le paroxysme, c'était de faire tout ça en souriant. EN SOURIANT. Elle se créa donc un sourire de façade, et songea à mille tourments qu'elle pourrait faire subir à Alecto, faisant devenir ce sourire bien réel mais toutefois pas sadique, simplement innocent.

Il lança la musique, et Clarice se concentra. C'était le moment. Quelques minutes, rien que quelques minutes à tenir. Le bras droit en l'air, la jambe droite tendue alors que la gauche était un peu repliée... Il lui fallait maintenant ouvrir la bouche pour chanter, et non pour vomir à cause du stress. Sa voix était aussi peu assurée que ses gestes.

« Ike ike... »

Baisser les bras, et les croiser, index pointés vers le bas, tout en coordonnant ce mouvement avec ses jambes, le pied gauche venant se coller au pied droit, avant de s'en écarter et ses bras de remonter de chaque côté de sa tête, ses index pointant cette fois ci vers le plafond... Elle devait enchainer ces pas de danse pendant quelques secondes, jusqu'à ce qu'elle doive à nouveau chanter...

~ Coordonne toi... Allez, deux fois les bras en l'air, tu recroises ensuite vers le bas, en n'oubliant pas de bouger tes jambes... Et en évitant de te CASSER LA GUEULE... Pense à Alecto sans cheveux... Oui, pense à ce qui se passerait si tu lui rasais la tête et lui faisais bouffer sa masse capillaire. Merde... changement de pas~

Replier son bras gauche au niveau de sa poitrine tandis que l'autre s'étendait à l'horizontale, en même temps, avancer son pied droit, puis faire passer le gauche devant, les croisant, alors que les positions de ses bras s'inversaient, et que son pied droit reculait. Clairement, elle n'était pas très adroite en danse et peinait à tenir le rythme. Désormais, sa main gauche devait être posée sur sa hanche pendant que son bras droit se pliait et se dépliait en diagonale.

« Misete koi wa dokyo ni aikyou … Mitete ato wa nariyuki desho... »

Ne pas perdre le fil des mouvements de danse entre temps, faire des « vagues » en chantonnant « wow wow » tout en continuant de se mouvoir. Ne pas s'arrêter, poursuivre tant bien que mal cette danse forcée... Et surtout ne pas s'étaler, et ne pas songer à ses pieds qui criaient grâce. Ne pas oublier de sourire non plus, c'était important : il était capable de lui dire de recommencer rien que parce qu'elle n'aurait pas souri, et ses pieds ne l'auraient pas supporté.

« Ike ike ! Happy night noritai dake ! Ike ike ! Motto atsuku feel the power, odoritai shoudou tanoshinde shimaou »

Elle ne comprenait rien à ce qu'elle chantait, mais elle s'en contrefichait, se souvenant juste que la fin de la chanson approchait. Le calvaire allait cesser sous peu.
En attendant, élever les bras bêtement et les abaisser, en décalage l'un de l'autre tout en sautillant sur ses pieds – en évitant de se vautrer surtout – et en continuant à chanter, sa voix s'essoufflant passablement.

Prendre enfin la pose finale, à moitié pliée, le bras droit tendu à l'horizontale l'index tendu, baragouinant une nouvelle fois un « Ike ike ! » aux allures triomphantes bien qu'elle soit en réalité surtout exténuée et au bord de la chute... Garder la pose jusqu'à ce que le débile comprenne bien qu'elle avait réussi, que le gage avait bel et bien été réalisé, et surtout qu'elle lui souriait. COMME IL L'AVAIT DEMANDE.
Après quelques secondes elle décida qu'il avait bien assez profité de la vue et elle rejoignit du mieux qu'elle put un siège, la respiration heurtée par l'effort, et retira presto les bottines qui lui avaient donné autant d'ampoules qu'elles avaient pu.

« Satisfait ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Z. Alecto Lytras
AMENTHALYS

♦ Messages : 56
♦ Messages RP : 16
♦ Inscription le : 05/05/2012
♠ Humeur : Aguicheuse
♠ Emploi : Acteur figurant, ex-traqueur.
♠ Karnevale : Détection de karnevales

MessageSujet: Re: [Terminé] Ike ike (gage àlakon) [Alecto]   Lun 14 Mai - 19:24

    Oh, le triomphe, le triomphe, enfin la vengeance, cette douce revanche qu'attendaient tes parties intimes autrefois malmenées par la rebelle... Enfin, il n'était plus lieu de parler de « rebelles » c'était fini, ça, c'était il y a un an, totalement has-been voyons. La mode était à Howard d'Essling et, pour les nostalgiques, aux redécouvertes des très rares archives qui avaient résisté à Aziel. Et dans ces bribes du monde ancien, il y avait des trucs bien pittoresques, comme cette vidéo redécouverte où des demoiselles en jupes coutes se trémoussaient en rythme.
    Il fallait donc déjà remercier le passé pour ces quelques peu ridicules reliques. Mais aussi, et surtout Pepper. Papa Pepper qui tentait par tous les moyens de vous réconcilier, toi et Clarice, utopique objectif, n'est-ce pas ? Enfin, ton amant s'était arrangé pour que vous passiez la soirée ensemble, sans lui pour vous surveiller, sans garde-fou donc. Il espérait sans doute que quelques verres et une ambiance détendue permettraient à votre rancœur de s'émousser, vous faisant soudain devenir les meilleurs amis du monde. Enfin, si c'était ce qu'il pensait, alors tu t'étonnais qu'il ne croie plus au père Noël, c'était des espérances du même genre après tout.
    Bref, un pari plus tard et le piège se refermait sur la demoiselle. Un énorme sourire fendait du même coup ton visage. Elle avait perdu et ton intuition te disait bien qu'elle était trop fière pour ne pas tenir ses promesses. Après tout, vous vous ressembliez sur ce point là, toi même, ton orgueil t'aurait envoyé dans un tel piège. Mais, quel coup de chance, tu ressortais vainqueur de la joute.

    C'est donc avec un grand sourire hypocrite que tu avais tendu son costume à Clarice, bien conscient qu'elle n'en serait pas enchantée. Ton observation de fashion police avait bien vu qu'elle ne portait ni talons, ni jupes ni aucun de ces habits habituellement portés par la gente féminine, préférant cultiver un style androgyne et pratique, mieux adapté à son emploi.
    Sur le chemin vous menant au karaoké, tu ne l'avais nullement aidée, préférant rire de sa maladresse sur des talons. Soyons réalistes : tu t'en sortais bien mieux qu'elle avec de telles chaussures. Déjà parce que tu avais été éduqué dans un milieu féminin, et ensuite parce que les impératifs du monde de la scène couvraient un vaste domaine de compétences. Il y a fort longtemps tu avais même dû, pour les besoins d'une pièce absurde, traverser plusieurs fois la scène, perché sur des talons de douze bleu lagon. Tu savais bien que tes pensées étaient épiées par la sournoise, mais savoir marcher sur des talons mieux qu'une demoiselle n'était pas quelque chose dont tu avais particulièrement honte.
    Malgré tout, tu te souvenais de combien cela pouvait être douloureux quand on n'était pas habitué à de telles échasses. En fait, tu aurais presque pu avoir pitié d'elle si tu ne t'étais souvenu de son identité ainsi que de ses attaques contre ton entrejambe et surtout tes cheveux. Intolérable, ses pieds en feraient les frais.

    Enfin au karaoké, tu cédais à ses suppliques et la laissais se préparer dans les toilettes, vérifiant tout de même auparavant qu'elle ne pouvait ni s'enfuir, ni prendre le moindre verre d'un quelconque alcool pour s'aider à danser.
    Tu t'installais confortablement dans ton siège, massant d'avance tes zygomatiques qui risquaient d'en pâtir.
    Le spectacle pouvait commencer.
    Et effectivement, tu ne fus pas déçu, la demoiselle était aussi ridicule que tu l'espérais et bien qu'elle ai pu visionner la chorégraphie plusieurs fois, le tempo était assez rapide pour qu'elle perde plusieurs fois le fil de sa danse. Les talons étaient d'une grande aide dans ton hilarité, en effet, tu attendais impatiemment le moment où la gravité reprendrait ses droits sur sa personne.
    Malheureusement pour toi, elle ne tomba pas, mais ta déception n'était pas assez forte pour obscurcir le tableau. Après les dernières mesures, tu te mis à applaudir entre deux éclats de rire. L'oxygène avait du mal à se frayer un chemin vers tes poumons, ta musculature, bien qu'elle fut entretenue, aurait sans doute à souffrir de courbatures demain, mais ô combien cela était drôle. À trop rire,voilà que des larmes coulaient sur tes joues, tout cela était hilarant, vraiment,
    Il te fallut longtemps pour retrouver un certain contrôle de toi-même, mais enfin, tu pus répondre à la question de la malchanceuse danseuse.

      « Oh, parfait, absolument parfait. Je n'avais pas vu autant de grâce depuis que... Hum, depuis que j'ai offert à Pepper la dernière casserole de ses rêves. »


    Un cuisinier aimait le bon matériel et, bien que disposant de certaines facilités dans sa relation aux casseroles, le cuisinier savait apprécier les qualités du fond épais de cet ustensile à tout de même soixante sphéros. Tu lui avais offert avec la paye de ton premier gros boulot après la chute de Raziel, histoire de remercier le cuisinier de t'avoir hébergé au lendemain de la catastrophe. Il avait quasiment dansé tout autour de son appartement, la casserole dans les bras. En un sens ça pouvait être bien ridicule, mais son euphorie avait quelque chose de mignon. Tu ne pensais pas que l'on puisse autant aimer les casseroles. (Certes, plus que la qualité de l'ustensile, c'était de recevoir un présent de ta part qui avait ému l'amenthalysien, mais tu n'avais pas poussé la réflexion jusque là.)

    Après t'être calmé, tu offrais un verre à ta rivale, l'agrémentant d'un « bois pour oublier l'humiliation si tu veux » ainsi que d'un grand sourire. Tu avais gravé la scène dans ta mémoire. Mémoire numérique même. L'affichage d'un message signalant « ENVOI TERMINE » sur l'écran de ta caméra en attestait. Nouveau sourire à la danseuse qui comprenait avec horreur. Tu récupérais la carte mémoire et lui tendais la puce, fort courtois.
    Ces engins étaient fameux, avec leur connexion sans fil permettant de stocker sur serveur les images récoltées ainsi que de les envoyer par mail dans le même temps. Tu avais emprunté cette caméra à une connaissance alzénienne, portée sur les nouvelles technologies, et tu t'en félicitais.
    Clin d'œil alors que tu plaçais le petit rectangle électronique dans la main de ton amie la plaie.

      « Au cas où tu voudrais revoir ton admirable performance, personnellement, je ne m'en lasserais pas, merci bien pour ce spectacle »


    Ha, tu n'avais sans doute pas longtemps à vivre, elle avait bien du lire dans ta pauvre tête que les données étaient sauvegardées sur serveur et qu'il lui faudrait engager de sacrés pirates pour les récupérer. En fait, Pepper aussi risquait de t'en vouloir d'avoir gâché ses plans de paix, tu lui en avais envoyé une copie et il te semblait déjà entendre le long soupir qu'il pousserait en regardant le fichier ainsi que les remontrances auxquelles tu aurais droit.
    Mais tu avais tellement ri, il te fallait bien en garder une trace.







Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


MessageSujet: Re: [Terminé] Ike ike (gage àlakon) [Alecto]   Lun 14 Mai - 20:20

Le pauvre type était hilare, il en pleurait même. Elle avait dû être bien ridicule... Vraiment très ridicule. Mais au moins, elle n'était pas tombée...
Lorsqu'il eut enfin cessé de s'étouffer de rire, il répondit à sa question et se déroula dans l'écran mental de ce benêt la scène du cadeau de la casserole. Elle avait donc ressemblé à … un truc bizarre qui dansait comme un pataud, bêtement, une poêle dans les bras ? La pilule fut dure à avaler, mais elle l'avala, calmant comme elle pouvait le rouge qui lui montait aux joues, tant à cause de la honte que d'un début de colère. Comme elle regrettait sa promesse à Pepper... Comme elle aurait voulu faire comprendre à Alecto combien elle le haïssait...
Il lui tendit un verre, lui disant qu'elle pouvait boire pour... oublier cette humiliation. Elle le dédaigna, craignant trop qu'il y ait fait une quelconque crasse, et ne voulant même pas le vérifier dans ses pensées... Un nouveau sourire avait paru sur les lèvres de la blondasse. Clarice ne comprit pas tout de suite ce qui se passait, jusqu'à ce qu'elle remarque une... caméra. Il l'avait filmée.

Son visage, qui n'était déjà pas très joyeux, se décomposa entièrement. Il retira la carte mémoire de l'engin, et la lui mit en main, toujours souriant, lui faisant même un clin d'oeil, et la remerciant du... spectacle. La main de Clarice se referma sur la carte mémoire, poing compact aussi dur que du béton, comme pour cacher l'objet à la vue de tout le monde. Les données étaient sauvegardées sur serveur. Jamais elle ne pourrait effacer cette honte. Se levant comme un automate, elle alla pieds nus au bar du karaoké se commander elle même à boire : la bouteille entière s'il vous plait. Sa main libre tremblait alors que l'autre refusait de détendre sa prise sur la pauvre puce, qui n'avait rien fait. Impossible pour la jeune femme de saisir son verre. Même un malade de Parkinson aurait été capable de mieux s'en sortir pour boire. Adieu la possibilité de se noyer dans l'alcool pour oublier. D'ailleurs, elle s'en serait sans nul doute souvenue le lendemain, après avoir cuvé. Son geste ne lui aurait donc rien apporté, si ce n'est de possibles soucis au foie à l'avenir.

La jeune femme savait les yeux d'Alecto posés sur elle. Elle savait qu'il attendait le moment de sa « chute ». Le moment où elle fondrait en larmes, ou le moment où elle lui casserait la figure, de rage.
Ne surtout pas lui donner encore plus de satisfaction. La soirée avait déjà trop été à son avantage... Si ses nerfs lâchaient, alors elle prouverait qu'elle ne valait pas mieux que lui. Et Clarice avait bien envie de se prouver - et de prouver à Pepper - qu'elle n'était pas aussi stupide que son débile d'amant. Du moins, quand elle le voulait bien. Elle laissa la bouteille au comptoir, le verre plein et intact, retournant vers Alecto, qui avait l'air de calculer la suite des évènements, s'inquiétant un instant de sa mine tendue. Il craignait pour sa vie. C'était plaisant à entendre, et la jeune femme en eut un sourire qui fendit son visage défait, lui rendant également un peu de couleurs. Un rien faisait donc peur à mademoiselle Alecto... Quelle lopette...
Certes, son poing ne s'était toujours pas desserré d'un millimètre et il pouvait bien craindre qu'elle le lui colle en plein museau. Mais allons bon... On ne frappait pas un pseudo artiste en plein visage... Surtout quand on avait décidé bon gré mal gré de tenir une foutue promesse qu'on était pas prête de réitérer. Il fallait qu'elle se détende, qu'elle desserre ce poing... ainsi que le reste de son corps. Elle imagina son tortionnaire réduit en bouillie et se relaxa instantanément. Le spectacle devait continuer puisque la soirée n'était pas finie. Elle se pencha vers la détestable blondasse le regardant dans les yeux, tout sourire.

« Est ce que tu saurais mettre ma magnifique interprétation de cette... chorégraphie sur un autre support ? J'ai bien peur de ne pas avoir de lecteur de puces dans mon attirail. Merci Alecto... ton attention était adorable. »

Son ton n'exprimait nulle animosité, juste une pointe d'humour. Elle agita la petite carte mémoire sous le nez de son ennemi, qui pour le coup, était stupéfait de sa réaction on ne peut plus calme. Déposant une légère bise sur sa joue, elle ramassa ensuite ses horribles souliers en se reculant, et les garda à la main.

« Tu m'excuseras, j'aurais a-do-ré te danser autre chose, mais je crains que mes pieds ne le supportent pas. Comme tu l'as vu, je suis pitoyable sur des talons... Et Pepper m'en voudrait que tu meures de rire. Tu te contenteras de cela ce soir mon cher. » Elle lui fit un léger signe de main. « Ne te couche pas trop tard, il paraît que c'est mauvais pour le teint. Qui... je dois avouer, n'est pas au meilleur de sa forme ce soir. Tu aurais dû appliquer une crème avant qu'on y aille. Bonne nuit Alecto ! J'imagine que tu n'auras pas la galanterie de me raccompagner. J't'en veux pas va. »

Elle éclata d'un petit rire en le voyant porter aussitôt une main à son visage, mort d'inquiétude sur la « santé » de sa peau. L'air frais de la soirée fouetta les joues sèches de la messagère une fois qu'elle fut sortie du karaoké. Elle pleurerait de rage et de dégoût une fois terrée dans sa chambre. Il faudrait également qu'elle se lave les lèvres. On ne savait jamais ce qu'on pouvait attraper à toucher la peau d'une pourriture comme Alecto.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Terminé] Ike ike (gage àlakon) [Alecto]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Terminé] Ike ike (gage àlakon) [Alecto]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Karnevale Avenue :: ♠ Le Quartier Vintage-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forumactif.com